Lectures de Rosa Lupoli

Emerger des cendres
de Pompéi
en se réappropriant la vie

 Riemergere dalla cenere di Pompei impadronendosi della vita  DCM-007
02 juillet 2022

Valeria Parrella, La Fortuna, Feltrinelli 2022

Nous attendons toujours la parution d’un livre de Valeria Parrella. Outre être notre amie, ses livres sont nets, précis, pas trop longs et sans une parole de trop. Cette fois, elle m’a surprise moi aussi. Dès que je me suis rendue compte de quoi traitait La Fortuna, c’est-à-dire l’éruption du Vésuve en 79 après J.-C. racontée par un témoin présent, j’ai eu pendant quelques minutes le souffle coupé par la surprise. Je ne pouvais pas le crier aux autres pour ne pas gâcher leur surprise. Et alors, malheureusement, je l’ai dévoré en un jour et une nuit. Me plonger en première personne dans ce clacissisme, bien que périphérique, de Pompéi, et reconnaître tant de choses aimées au cours de mes années d’étude a été une puissante expérience. Avec les yeux émerveillés du protagoniste, je me tenais sous cette couverture de lapilli de cendres qui, en se déversant, enterrait tout et tous, et lentement j’ai réémergé avec lui, avec Lucio, survivant à un événement qui semblait impossible à raconter. Visiter, regarder les ruines de Pompéi, aujourd’hui, après ce livre, sera presque comme marcher parmi des vivants qui n’ont même pas réalisé pourquoi ils sont morts.