Eglise

Vivre ensemble

 Vivere insieme  DCM-004
02 avril 2022

Quand la famille habite la paroisse


« Mon mari travaille, j'ai choisi de rester à la maison. Nous avons cinq enfants, âgés de 3 à 17 ans. Notre vie est normale : on va travailler, on emmène les enfants à l'école, on va faire du sport. Nous partageons seulement la journée avec les gens qui passent ici. Ils savent que la porte de notre maison est toujours ouverte ». Maida vit avec son mari Marco dans la paroisse du Sacré-Cœur à Ponte Lambro, dans la banlieue de Milan. Comme Eugenio, l'un des pionniers de cette expérience, l'a fait pendant de nombreuses années : « Le fait de nous voir à l'église, mais aussi au supermarché ou à l'école, fait que les gens se sentent plus proches de nous ».

Elles sont appelées « Familles missionnaires km0 ». Il s’agit de couples avec des enfants qui ont décidé de vivre dans une paroisse. A côté de la maison du curé voire même dans la sienne, lorsque le diocèse n'a pas pu trouver de remplaçant. Tout a commencé en 2008, lorsque le cardinal Dionigi Tettamanzi a rencontré des familles revenant de missions à l'étranger, dont celle d’Eugenio Di Giovine, qui était responsable d'une très grande paroisse au Vénézuéla, faute de prêtres. Après avoir écouté son témoignage, il lui a demandé : « Mais ne peut-on pas imaginer faire la même chose ici, dans les églises où il n'y a plus de curé ? ». Les premières expériences ont commencé. Et aujourd’hui Milan compte 32 familles. Mais il y a aussi des familles à Trévise, Padoue, Vérone, Turin, Reggio Emilia, Bologne, Florence et Ancône. Et même des familles qui ne sont jamais parties à l'étranger sont également intéressées.

Ce ne sont pas des sacristains. Ces familles ont un travail à l'extérieur. Elles paient les factures, souvent aussi le loyer. Bien sûr, elles participent à la vie de la paroisse. Mais plus que les rôles, la nouveauté réside dans leur présence même. Dans certains cas, il s'agit d'une fraternité étendue. Comme dans la paroisse du Sacré-Cœur, à Ponte Lambro, où le père Alberto Bruzzone vit avec la famille de Marco et Maida et une communauté de religieuses marcellines. Il s'agit de « vivre une fraternité de vocations différentes, en mettant à la première place non pas les rôles mais le vivre ensemble ». Cela signifie prier ensemble, lire la Parole de Dieu ensemble. Mais aussi passer des fêtes ensemble ou manger ensemble si cela arrive ». Et il existe aussi une aide concrète. « Il peut arriver que si Marco et Maida doivent sortir et que les enfants restent seuls, alors nous nous occupons d'eux ». Une forme de coresponsabilité (et de communion) qui aide les diocèses à répondre au manque de prêtres, afin également qu'ils ne soient pas seuls et que les familles puissent vivre dans un réseau de relations. Avant d'arriver à Ponte Lambro, Marco et Maida avaient effectué une mission au Pérou. « A notre retour, nous avons réfléchi à la manière dont nous voulions vivre, explique Maida, nous n'aimions pas l'idée de nous enfermer dans notre maison ». C'était en 2017. A cette époque était en train de naître la réalité des Familles à km0. Pourquoi ce choix ? « Pour aller à la rencontre d'un monde qui dit ne penser qu'à faire carrière. Quand je regarde mes enfants, je veux d'abord qu'ils soient bons. La fraternité vous donne ce sentiment de liberté ».

Et c'est une solution qui résout la pénurie de prêtres. « A Milan, comme partout ailleurs, il y en a peu. Peut-être qu'ils ne viennent que le dimanche pour la messe », explique Eugenio. En outre, cette formule a apporté une autre nouveauté : la présence des femmes dans le service pastoral.  « Les femmes sont arrivées dans des endroits où il n'y a habituellement que des hommes. Et cela change la façon dont les problèmes sont traités ». Eugenio enseigne dans un lycée, Elisabetta, sa femme, est médecin, ils ont cinq enfants. « Nous avons habité dans le presbytère, là où vivait le prêtre ». Ils vivaient comme tout le monde. « Mais nous étions là. Beaucoup, par exemple, ont confié leurs problèmes à Elisabeth. Quelque chose qu'ils n'auraient peut-être pas fait avec d'autres. Ou bien, si vous vivez comme tout le monde, vous vous rendez compte que certains choix ne sont pas justes : « Si vous dites la messe à 9 heures, ceux qui travaillent ne pourront jamais venir ». La relation avec le prêtre ? « Nous avons construit ensemble. Comme on le fait dans une mission ».

Bien sûr, un nouvel équilibre doit être construit. « Ce sont nos enfants qui nous ont aidé à comprendre que la première vocation pour nous était la famille. Comme le disait Dionigi Tettamanzi à ceux qui partaient en mission : « Faites toujours tout avec vos enfants, pas " malgré " vos enfants ». En vivant dans la paroisse, on devient plus conscient des besoins. C'est ainsi que sont nés les oratoires d'été pour les personnes âgées, l'aide aux pauvres, la renaissance des oratoires abandonnés et les activités périscolaires pour les enfants. Dans certains cas, les familles suppléent aux ministères des prêtres. « Pour l'Avent, — raconte Eugenio —, nous sommes allés porter la bénédiction dans les maisons, comme le veut le rite ambrosien. Au début, les gens étaient perplexes, mais par la suite on a pu voir la joie des gens. Ils ont compris qu'il ne s'agissait pas de prendre la place de quelqu'un, mais de faire vivre l'Eglise ».

Au fil des années, des familles qui ne viennent pas des missions s'approchent, s’intéressent. Comme Emanuela et Andrea, qui sont dans la communauté SS. Magi de Legnano depuis un an, avec leurs enfants de 17 et 20 ans. Ils travaillent tous les deux, les enfants étudient. « La vie dans la paroisse, — expliquent-ils, — n'est pas un après travail. Nous recherchons la profondeur d'une foi partagée, à partir des occasions de la vie normale ». Ils l'appellent la « pastorale du café », dans le sens où même un geste aussi simple peut devenir une occasion : « Dans une atmosphère familiale, il est plus facile de se connaître, de se confier et de prier ». Le dimanche, le lieu de mission est le parvis : « Nous rencontrons les gens après la messe et partageons des moments de vie, parfois apparemment insignifiants, mais ce sont ces attentions qui nous aident à nous familiariser les uns avec les autres ».

Même pour un prêtre, vivre avec une famille est une expérience qui change la vie. « Au cours des 20 dernières années, — dit le père Alberto —, j'ai appris à ne pas me considérer comme le chef incontesté de la paroisse, et à comprendre que la communauté ne m'appartient pas, mais qu'elle appartient au peuple chrétien ». La fraternité entre les différentes vocations « aide à redécouvrir la sienne. Et ceux qui nous rencontrent reçoivent l'image d'une église familiale ». En plus, c'est aussi un moyen de surmonter la solitude des prêtres.  « La première page de la Bible dit qu'il n'est pas bon pour l'homme d'être seul. C'est valable pour nous aussi. Le célibat n'est pas synonyme d'isolement. Nous ne sommes pas célibataires. J'essaie de le vivre comme une opportunité de relations libres et profondes. La fraternité est la façon la plus normale de vivre le célibat ». Une petite révolution qui s'élargit, avec la force des choses vraies.

Elisa Calessi