Femmes de Paix

Hedva et le cinéma
du dialogue

 Hedva e il cinema  DCM-010
06 novembre 2021

Elle distribue des films liés à la culture juive


Son téléphone sonne en permanence. Du monde entier on appelle Hedva Goldschmidt pour obtenir les meilleurs films juifs en compétition dans un festival ou à la télévision. Elle est un important distributeur de films liés à la religion et à la culture juives et entretient des relations avec les peuples les plus divers, de la Chine aux Etats-Unis. Chose insolite dans son environnement, elle tente, dans son travail, de maintenir l'attention internationale sur les thèmes liés à la spiritualité et à la religion ; une « mission » pour laquelle elle doit surmonter de nombreux obstacles. Elle présente des films aux thèmes très intenses, et peut se retrouver face à un mur de préjugés et de portes fermées, qu'elle parvient toujours à ouvrir avec le sourire.

Hedva est juive orthodoxe, elle vit à Jérusalem, est mariée à Gilli, un rabbin, et ils ont cinq enfants. Lorsqu'elle voyage, elle doit toujours trouver un moyen de respecter toutes les règles et réglementations, ce qui n'est pas facile dans le monde du cinéma.

Elle a commencé à travailler à l'école de cinéma juive orthodoxe, la Male' Film School, puis a fondé sa propre société, Go2 Films. Dès les premières années, elle a compris qu'elle ne devait pas s'enfermer dans son propre milieu et que l'appel « en sortie » était là pour elle. En 2001, année difficile pour le dialogue interreligieux, elle a présenté ses premiers films sur les ultra-orthodoxes à la Cinémathèque de Jérusalem, et à partir de là, dans divers festivals du monde entier, jetant des ponts de dialogue avec des artistes musulmans. Très active dans son travail, elle est allée au-delà des limites imposées par les lois des différents pays.

Au fil des ans, elle s'est engagée de plus en plus en faveur du dialogue et du chemin vers la paix, devenant ainsi une militante. En 2009, elle a sélectionné cinq femmes leaders en Israël pour former le groupe Women of Faith for Peace, et avec elles, elle a fait tomber les murs de la division, inspirant des projets concrets tels que le centre social multiculturel de Lod avec des femmes musulmanes, juives, chrétiennes et bédouines. Et elle a commencé à fréquenter les différentes communautés, créant un climat de confiance, fondamental pour la paix.

Sa dimension spirituelle est très profonde et elle est toujours en tension positive dans le dialogue avec son mari rabbin. Ensemble, ils ont décidé d'ouvrir leur maison aux personnes d'autres religions, en particulier aux chrétiens, afin de faire l'expérience de la richesse du dîner du Shabbat. Des dizaines de personnes de diverses régions du monde se sont assises à leur table, ont participé aux prières et ont échangé des réflexions bibliques. Après avoir ouvert leurs maisons, ils ont fait un pas supplémentaire en ouvrant des portes dans leur communauté : des amis chrétiens ont été invités à la synagogue pour des moments de prière importants.

Elle parle de Dieu avec le sourire : « Dans la foi, ce qui est important pour moi, c'est le contact personnel avec Dieu : me réveiller le matin et apprendre à rendre grâce pour toutes les petites et grandes choses merveilleuses, bénir la vie et tenter d'ajouter un peu de bien au monde ».

Hedva vit ainsi la dimension du dialogue interreligieux et entre les religions et la culture à plusieurs niveaux. Elle continue à présenter au monde des films profondément spirituels et se retrouve souvent à Jérusalem avec ses amies, qui sont devenues des sœurs, chrétiennes, druzes, musulmanes, haredims et bédouines. C'est le dialogue quotidien, celui qui conduit au changement. Comme lorsqu'elle se trouvait en Italie avec un groupe de femmes, alors qu'un conflit éclatait dans son quartier. Un garçon de 13 ans de sa communauté juive orthodoxe avait été poignardé par un autre garçon musulman de 14 ans, à son tour touché par la police. Alors que les nouvelles lui parvenaient et que la tension augmentait de minute en minute, Hedva s'est arrêtée pour prier, puis a appelé Faten, une dirigeante musulmane. Elles se sont fait photographier ensemble avec un message de paix. La photo est devenue virale sur les médias sociaux et des milliers de femmes ont réussi à rétablir le calme dans leur famille et leur communauté.

A une autre occasion, une de ses amies chrétiennes italiennes l'a appelée parce que sa fille devait subir une grave opération. Hedva a laissé ses enfants à la communauté et, en un jour, elle a organisé son voyage en Italie. Elle s'est occupée de la maison de son amie et de sa plus jeune fille. Le soir à la veille de l'opération, tous se sont rendus au sanctuaire de Pietralba, près de Bolzano. A l'extérieur de l'église, ils ont prié les psaumes avec le prêtre et elle a chanté pour la guérison.

Hedva est la femme du dialogue concret, pragmatique : « Pour moi, le dialogue, c'est écouter toutes les personnes et les opinions qui sont si différentes des miennes, même quand ces opinions me mettent mal à l’aise. Je dois écouter avec respect et compréhension, en essayant de comprendre que chacun a un monde de valeurs différent. A partir de là, je peux discuter, me confronter, suggérer... Mais je dois d'abord savoir écouter, et seulement ensuite je peux parler ».

Elle dit : « Je crois en ce qu'il y a de bon en chaque personne, et que chaque jour nous pouvons faire la différence, même dans les petites choses. Etre gentils et sourire aux autres, et au monde ».

Lia Beltrami
Scénariste et écrivaine