L’Eglise en Papouasie Nouvelle-Guinée défend les femmes accusées de sorcellerie

Mettre fin à l’impunité

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg
10 août 2021
La «chasse aux sorcières» moissonne des victimes et l’Eglise en Papouasie Nouvelle-Guinée ne l’accepte pas. Il ne s’agit pas d’une pratique reléguée dans les livres d’histoire sur le moyen-âge, mais d’un phénomène qui concerne encore certaines zones de la grande île de Nouvelle-Guinée, dans l’océan Pacifique. La croyance dans la sorcellerie est encore diffuse et engendre des actes de violence ou même le meurtre de personnes, principalement des femmes, accusées d’avoir lancé une malédiction sur quelqu’un de la communauté. Le cas de trois femmes torturées et sauvées par miracle dans le district de Mendi, le jour de Pâques 2020, avec l’accusation de «sanguma» (comme on appelle la sorcellerie en ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

paywall-offer
Chère lectrice, cher lecteur,
la lecture de L’Osservatore Romano dans toutes ses éditions est réservée aux abonnés.,

Si vous vous abonnez avant le 30 Novembre, vous pourrez profiter du prix promotionnel de 20 € par an.