· Cité du Vatican ·

Intention de prière pour le mois de janvier

Non à la discrimination et la persécution religieuse

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg
11 janvier 2022

«Prions pour que les victimes de discrimination et de persécution religieuse trouvent dans la société la reconnaissance de leurs droits, et la dignité qui vient de la fraternité». Telle est l’intention proposée par François pour le mois de janvier 2022, diffusé le 4 janvier à travers la vidéo du Réseau mondial de prière du Pape publiée sur le site www.thepopevideo.org.

La vidéo s’ouvre par l’image d’un mur sur lequel est accrochée une croix de bois, qui est arrachée violemment par une main anonyme. C’est le signe de toutes les persécutions que subissent les chrétiens dans diverses parties du monde. Mais dans cette situation se trouvent également de nombreux fidèles d’autres religions, au point de faire ressentir l’urgence de consacrer l’intention de prière de ce mois précisément à la «discrimination et persécution religieuse». Le Pape indique la fraternité comme voie à suivre, en invitant à valoriser les différences et à reconnaître avant tout la dignité de chacun en tant qu’être humain. «Comment se peut-il qu’aujourd’hui tant de minorités religieuses souffrent de discriminations ou de persécutions?», se demande François. «Comment pouvons-nous permettre, dans une société si civilisée, que des personnes soient persécutées en raison du seul fait qu’elles professent publiquement leur foi?» poursuit-il. Selon lui, il s’agit d’un phénomène qui «non seulement est inacceptable, mais est inhumain, est une folie».

Des images d’églises détruites défilent encore, en grande partie démolies par des bombes ou par la main de l’homme, avec des bancs empilés et des statues décapitées, symbole de la haine contre la foi. Un destin qui unit les chrétiens aux autres croyants, présents dans la vidéo à travers certains symboles des grandes religions monothéistes. Eux aussi sont contraints de fuir et de vivre leur foi dans la clandestinité.

«La liberté religieuse — ajoute le Pape — ne se limite pas à la liberté de culte, à savoir au fait de pouvoir pratiquer son culte le jour qui est prescrit par les livres sacrés, mais elle consiste à valoriser l’autre dans sa différence et à voir véritablement dans l’autre un frère». Suivent des scènes tirées du voyage accompli par le Pape du 5 au 8 mars dernier en Irak où, dans les ruines et les signes de destruction à l’arrière-plan, sont jetées des semences d’espérance et de réconciliation. Il y a ensuite l’image du Pape en dialogue avec des représentants d’autres religions, qui introduit ses paroles: «Nous avons tellement de choses en commun en tant qu’êtres humains que nous pouvons vivre en accueillant nos différences dans la joie d’être frères. Qu’une différence, qu’elle soit petite ou substantielle comme la différence religieuse, ne nous empêche pas de voir la grande unité d’être frères!». D’où l’invitation à choisir «le chemin de la fraternité. Parce que soit nous sommes frères, soit tout s’écroule».

La vidéo du Pape, qui ce mois-ci a reçu le soutien d’Aide à l’Eglise en détresse (acn) — la fondation pontificale dont la mission est d’aider les fidèles persécutés, opprimés dans le besoin à travers l’information, la prière et l’action — réitère la nécessité que les droits et la dignité des personnes soient reconnus dans la société.