· Cité du Vatican ·

Tristesse du Pape suite au décès de Desmond Tutu

Symbole de réconciliation

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg
28 décembre 2021

L’archevêque anglican sud-africain Desmond Tutu était «au service de l'Evangile, à travers la promotion de l'égalité raciale et de la réconciliation dans son Afrique du Sud». C'est ainsi que le Pape, dans un télégramme adressé au nonce apostolique dans ce pays africain, Mgr Peter B. Wells, et signé par le cardinal-secrétaire d'Etat, Pietro Parolin, rappelle la figure de l'archevêque anglican, décédé le 26 décembre à l'âge de 90 ans. François exprime ses condoléances à la famille et aux proches de Desmond Tutu, «confiant son âme à la miséricorde aimante de Dieu, invoquant les bénédictions divines de paix et de consolation dans le Seigneur Jésus sur tous ceux qui pleurent sa disparition dans l'espérance sûre et certaine de la résurrection».

Il fut un symbole de la résistance à l'apartheid, un grand promoteur de la réconciliation et la conscience de l'Afrique du Sud; il reçut le prix Nobel de la paix en 1984, pour son inlassable lutte non-violente contre le régime raciste, pour son soutien au processus de réconciliation nationale dans son pays et pour sa défense acharnée des droits de l'Homme.

Desmond Tutu, né le 7 octobre 1931 dans la petite ville minière de Klerksdorp, au sud-ouest de Johannesburg, organisa des marches pacifiques durant les heures les plus sombres du régime ségrégationniste de Pretoria, appelant à des sanctions internationales contre ses dirigeants. Avec Nelson Mandela, devenu président du pays, il mit en place la Commission Vérité et Réconciliation pour tenter de promouvoir la coexistence entre les deux âmes de son pays, en tournant définitivement la page de la haine raciale, en mettant en lumière les atrocités commises pendant la répression blanche et, en même temps, en essayant d'encourager une forme de pardon et de réparation morale aux familles des victimes.

François l'avait mentionné dans l'encyclique Fratelli tutti parmi «les frères non-catholiques» qui l'avaient motivé «dans sa réflexion sur la fraternité universelle». Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, qui a annoncé son décès, a souligné «au nom de tous les Sud-Africains, sa profonde tristesse à la suite du décès d'une figure fondamentale de l'histoire du pays».