· Cité du Vatican ·

La Corref instaure une commission indépendante sur les abus

Reconnaissance et réparation

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg
23 novembre 2021

C’est à l’unanimité que la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref) a voté la mise en place d’une «Commission indépendante reconnaissance et réparation», qui aura pour mission d’être un «tiers de justice». Cette commission accueillera et écoutera toute personne victime d’un membre d’un institut religieux. Elle se prononcera sur la vraisemblance de son récit, en lien avec l’institut religieux concerné. La reconnaissance des faits, des responsabilités et des conséquences traumatiques sur l’existence sur la personne victime est le premier acte de justice et de réparation. En se situant au plus près de l’histoire singulière de chacun, la commission engagera, à la demande de la victime, un processus de médiation individualisé avec l’institut religieux concerné. La réparation donnera alors lieu à un accord écrit entre la congrégation et la victime. L’institut assumant la charge financière. Le président de la commission nommé pour quatre ans est le magistrat honoraire Antoine Garapon. En second lieu, l’assemblée générale de la Corref a décidé de la création d’un fonds de réparation en faveur des victimes. La commission pourrait ainsi se tourner vers ce fond pour honorer la possible réparation financière.