· Cité du Vatican ·

Journée mondiale des pauvres

Guérir la douleur d’aujourd’hui pour nourrir l’espérance de demain

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg
16 novembre 2021

Qu’attend-on des chrétiens face au drame de la pauvreté qui continue d’affliger l’humanité à notre époque? «Il nous est demandé de guérir la douleur d’aujourd’hui pour nourrir l’espérance de demain», a dit le Pape François dans son homélie lors de la Messe célébrée le 14 novembre, dans la basilique vaticane, à l’occasion de la cinquième journée mondiale des pauvres. «C’est ce qui nous est demandé, a insisté le Pontife, d’être, au milieu des ruines quotidiennes du monde, d’infatigables bâtisseurs d’espérance; d’être la lumière alors que le soleil s’obscurcit; d’être des témoins de compassion alors que la distraction règne autour de nous; d’être des amoureux et des attentifs au milieu de l’indifférence généralisée». Le Pape — qui, avant la Messe, a rencontré quelques-uns des deux mille nécessiteux présents à la cérémonie, ainsi que ceux qui les assistent quotidiennement dans le cadre des activités de l’aumônerie apostolique, de Caritas et d’autres organisations bénévoles en première ligne dans le domaine de l’hospitalité et de la solidarité — a exhorté les croyants à «organiser l’espérance». Une mission à réaliser à partir de «choix et de gestes concrets d’attention, de justice, de solidarité et de soin pour la maison commune». Sans cet engagement, a-t-il averti, «la souffrance des pauvres ne peut être soulagée, l’économie du gaspillage qui les contraint à vivre en marge ne peut être convertie, leurs attentes ne peuvent s’épanouir». Deux jours auparavant, le 12 novembre, le Pape s’était rendu à Assise dans le cadre du temps de rencontre organisé à la basilique Sainte-Marie-des-Anges en présence de 500 personnes pauvres. A cette occasion il s’est inscrit dans la lignée de saint François d’Assise pour appeler toute l’Eglise à se mettre à leur écoute. Tout comme saint François avait longuement prié à la Portioncule, le Pape a voulu prier avec les pauvres, afin de lutter contre la marginalisation spirituelle et matérielle dont ils sont souvent victimes. Le Pape a félicité les jeunes et les bénévoles qui s’engagent pour aider les pauvres dans leur vie, en soulignant l’importance de s’arrêter auprès d’eux pour prier. Lors de l’Angelus du 14, le Pape a rappelé que «le cri des pauvres s’unit au cri de la Terre».

Pages 2 et 3