· Cité du Vatican ·

Les Idees

A contre-courant

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg
06 novembre 2021

Les saints ne sont pas des surhommes et ils ne sont pas nés parfaits. Ce sont des personnes qui avant d'atteindre la gloire du ciel ont vécu une vie normale, avec des joies et des douleurs, des difficultés et des espérances, a dit François en 2013, lors de sa première fête de la Toussaint en tant que Pape. Il en est ainsi. Et cela vaut en particulier pour les saintes et les bienheureuses de cette papauté.

S'il existe une “politique” de la sainteté féminine du Pape actuel, nous la trouvons en effet dans la pleine humanité des femmes proposées aux autels. La sainteté de la porte à côté.

On sait que, par le passé, les bienheureuses et les saintes étaient non seulement des objets de dévotion, mais également des instruments pour renforcer l'identité (et le pouvoir) de communautés et de populations.  Leurs vertus ont été représentées à travers des images et des symboles iconographiques qui n'ont pas été pris au hasard: de nombreux lys pour y lire la moralité et la pureté, de nombreuses roses comme symbole de charité qui peut conduire au martyre; des épées pour indiquer une vie au service de la foi.

Les saintes d'aujourd'hui semblent tracer des parcours nouveaux: ce ne sont pas des héroïnes et ce ne sont pas des figures béatifiées après d'importants legs familiaux de familles riches. Leur sainteté n'est pas fonctionnelle au pouvoir.

Ce sont des femmes normales, qu'elles aient eu une vie laïque ou consacrée; qu'elles aient décidé de vivre en travaillant, en étudiant, en se mariant, en étant mères, en s'engageant dans la vie communautaire, de l'Eglise ou civile; qu'elles aient été des mystiques ou des femmes vivant le quotidien, parfois dur. Et parmi leurs vertus nous trouvons souvent le sens de l'humour.

Il est important que soit aujourd'hui reconnu que la sainteté féminine s'exprime à travers d'autres formes. Il est significatif que le modèle d'Eglise que ces femmes suggèrent soit avant tout celui d'une Eglise juste.

Dans de nombreuses interventions de ce numéro, consacré aux femmes béatifiées et canonisées depuis la montée  de François sur le trône de Pierre, on cite Gaudete et exsultate, l’exhortation apostolique sur l'appel à la sainteté dans le monde contemporain avec laquelle le Pape souligne que l'on devient saints en vivant les Béatitudes. En vivant donc, aujourd'hui, à contre-courant.

«Recherchez la justice, protégez l'opprimé; faites droit à l'orphelin, défendez la veuve»: François cite Isaïe. Les  femmes, nous le soutenons depuis toujours, sont en première ligne sur ces fronts. (DCM)