· Cité du Vatican ·

Nabila, sœur
et manager à Gaza

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg
02 octobre 2021

Directrice de l’école d’excellence au centre de la Bande de Gaza


«Vous devez être des femmes courageuses ici, si vous montrez de la faiblesse, vous êtes finies, vous ne pouvez rien accomplir. Parfois, le port de l'habit religieux a été un avantage». Pour comprendre les paroles de Sœur Nabila Saleh, il faut la voir en action à Gaza, où beaucoup l'ont surnommée «la Ministre».

 Ses yeux verts sont toujours en éveil, et ses origines égyptiennes sont une aide naturelle pour les relations, qui sont plutôt compliquées dans ces régions. D'autant plus si vous êtes à la tête de la Rosary Sister's School, l'école d'excellence de la Bande de Gaza, qui est également fréquentée par certains héritiers de ceux qui la gouvernent.  De la maternelle au lycée, il y a 1160 étudiants, dont seulement 78 sont chrétiens.

Cette année, la première cloche a sonné le 4 septembre, avec trois semaines de retard sur le calendrier.  Ce n'est pas à cause de Covid, mais en raison des travaux de réparation des dommages causés par la guerre de mai dernier.

Dans le bureau de Sœur Nabila, les écrans depuis lesquels elle contrôlait les salles de classe et les caméras de surveillance extérieures sont tous éteints.  Les dernières images enregistrées datent de 12 mai 2021: un fleuve de feu qui est arrivée jusqu'à l'entrée principale de l'école.

 «Trois cent mille dollars de dégâts, ce qui est énorme par rapport au budget annuel de cinq cent mille dollars. Heureusement, les dommages ne sont pas structurels et nous avons déjà trouvé des donateurs. Outre le Patriarcat latin et quelques dons individuels et émouvants, nous avons reçu une contribution importante d'une association catholique de Paris. C'est peut-être aussi parce que nos étudiants sont les meilleurs en français de la Bande de Gaza», nous dit-il avec le sourire de celle qui sait que compter sur la Providence signifie retrousser ses manches, apprendre à investir dans les bons projets et savoir bien faire les comptes.

Sœur Nabila a 43 ans et elle étudie toujours. Elle est inscrite à un programme de maîtrise en gestion des ressources humaines à l'université palestinienne de la Bande de Gaza. «Pendant les premières heures de cours, les étudiants des autres classes venaient me voir, ils n'avaient jamais vu de religieuse auparavant – raconte-t-elle – , si bien qu'un jour, j'ai donné une conférence sur l'Eglise et la vie consacrée. Une femme célibataire sans enfant est une demi-femme pour les musulmans, quelque chose d'inconcevable. Pourtant, le directeur du programme de maîtrise voulait que je travaille dans un groupe avec un cheikh salafiste. Cela n’a pas été facile, mais nous avons collaboré. Avec l'arrivée de la pandémie, j'ai dû suspendre les cours, tandis que lui, pour autant que je sache, a terminé sa maîtrise. J'espère reprendre les cours cet automne. 

Sœur Nabila avance plus lentement mais avec ténacité. Notamment parce qu'elle veut donner l'exemple en tant que religieuse d'une congrégation fondée pour servir l'Eglise locale et pour émanciper les femmes arabes en Terre Sainte, à partir de l'éducation.  Congrégation fondée à Jérusalem en 1880 par un prêtre palestinien du Patriarcat latin et par Sœur Maria Alfonsine, canonisée en 2015, les Sœurs du Saint-Rosaire sont les seules à n'accepter, selon leur Statut, que des postulantes d'origine arabe.

Sœur Nabila les a rencontrées en Egypte. Pas à Asyut, sa ville natale sur le Nil, mais pendant ses années d'université au Caire.  «Je viens d'une famille pratiquante et dès mon enfance, j'ai eu le désir de me consacrer à Dieu – se souvient Sœur Nabila – à 23 ans, j'ai rejoint les Sœurs du Saint-Rosaire.  J'ai été fasciné par leur charisme marial et leur façon d'accueillir et d'aider notre peuple».

L'Egypte, le Liban et, en 2006, l'arrivée en Terre Sainte. Dans la maison généralice de Bethanina, un quartier majoritairement arabe de Jérusalem, siège de l'une des nombreuses écoles fondées par la Congrégation au Moyen-Orient. Il existe également des écoles au Koweït, au Qatar et à Shariqah, qui sont des centres économiques importants pour le soutien des Instituts dans les pays plus pauvres. Comme la Syrie, le Liban, les Territoires palestiniens et Gaza.

La mission dans la Bande de Gaza se fait sur la base du volontariat. Sœur Nabila y est arrivée en 2008 pour diriger le jardin d'enfants ouvert en 2000 et baptisé du nom de Zahwa Arafat, l'une des premières petites filles à y être scolarisée.  C'est son père Yasser qui a fait don du terrain aux sœurs pour construire une école à Gaza, où le premier président de l'Autorité palestinienne avait une somptueuse résidence et la volonté de faire de Gaza City, la seule ville palestinienne donnant sur la mer, le Tel Aviv de la Cisjordanie.

Quand Sœur Nabila est arrivée, tout avait changé.  Après avoir attendu dix heures au poste de contrôle israélien, parcouru les routes cahoteuses où s'amoncellent partout des ordures et trouvé le bâtiment des religieuses croulant et à moitié brûlé, la jeune religieuse a fondu en larmes.

 La première guerre entre Israël et le Hamas, au pouvoir dans la Bande de Gaza depuis 2007, venait de se terminer. L'atmosphère était également très tendue entre les différentes factions islamistes de Gaza. Certains ne voyaient pas les religieuses d'un bon œil, à tel point qu'ils ont placé une bombe de six kilos devant la porte du couvent.

 «Nous avons entendu une très forte explosion à quatre heures du matin, nous avons survécu par miracle, car la bombe a explosé à moitié. Même le milicien du Hamas qui est venu voir ce qui s'était passé nous l'a dit», se souvient Sœur Nabila. Ce fut un baptême du feu qui l'a obligée à se demander ce qu'elle faisait là. «L'obéissance dans ma vie a toujours été un phare: si Dieu me veut à un endroit, il me donne tout ce dont j'ai besoin».

 Le premier cadeau a été les yeux de Soha, la petite fille de cinq ans d'un musulman très pratiquant. Elle était si enthousiaste à propos du jardin d'enfants qu'elle répétait à la maison qu'elle deviendrait religieuse quand elle serait grande. Cependant, son père n'était pas aussi enthousiaste et il avait décidé de retirer la petite fille de l'école. «Sa mère, qui désirait profondément une éducation différente pour sa fille, est venue un jour.  Elle m'a demandé de parler à la petite fille et de lui expliquer qu'il valait mieux ne pas parler du jardin d'enfants à la maison. Un dialogue simple a suivi, centré sur le fait que nous devons conserver dans notre cœur ce que nous trouvons beau. A partir de ce moment-là, il n'y a plus eu de problèmes. Eduquer ne signifie pas renoncer à sa propre identité, mais ce sont des semailles longues et patientes».

Ce n'est pas un hasard si les seules écoles mixtes sont les trois écoles chrétiennes de la Bande de Gaza et si la plus chère n'a aucun problème d'inscription.  750 dollars par an de frais de scolarité, avec une augmentation de 50 dollars pour chaque cycle scolaire, ce n'est pas une petite somme pour ceux qui vivent à Gaza, où plus de la moitié des deux millions d'habitants n'ont pas d'emploi et où, du jour au lendemain, vous pouvez perdre votre maison et le peu que vous avez. Les élèves qui obtiendront leur baccalauréat à l'école des Sœurs du Rosaire en 2021 ont déjà vécu quatre guerres.

La plus longue –  51 jours –  remonte à 2014, lorsque Sœur Nabila, après une pause de quelques années, est revenue à Gaza pour diriger l'ensemble de l'école.

 «La reconstruction la plus difficile n'est pas la reconstruction matérielle, mais la reconstruction psychologique et celle des relations. De nombreux enfants souffrent de traumatismes d'après-guerre, beaucoup ont perdu quelqu'un dans les bombardements, tous les habitants de Gaza souffrent de la condition de siège permanent, du manque de liberté et d'espoir pour l'avenir. Il n'est pas facile d'apprendre aux gens à aimer leur ennemi et, en même temps, à défendre leurs droits en tant qu'êtres humains».  Parmi les 115 employés, il y a aussi des psychologues qui aident les enfants dans les moments où le conflit s'intensifie, quand il est encore plus important d'organiser des activités récréatives, de rencontre, de solidarité réciproque. Le portail des sœurs est souvent ouvert pour accueillir les enfants lors des activités extra-scolaires et des fêtes, car c'est un lieu considéré comme sûr par les familles.

 «Lorsqu'ils viennent inscrire leurs enfants, nous ne leur demandons rien sur leur identité ou d'où ils viennent. Bien sûr, il n'est pas difficile de le comprendre, l'important est qu'ils soient prêts à suivre nos règles. Le respect et la compréhension mutuelle sont aussi synonymes de discipline. Et de temps en temps, il faut le réaffirmer avec fermeté».   Quand celle de Sœur Nabila ne suffit pas, ce sont les deux prêtres de la petite communauté catholique de Gaza qui interviennent. Seulement 130 âmes, dont une quinzaine de religieux missionnaires. La Messe, l'adoration eucharistique et le chapelet quotidien restent le cœur de la vie de Sœur Nabila ; de même que le partage avec ses deux consœurs Martina et Bertilla est nécessaire.

Le dernier conflit les a mises à dure épreuve. «Nous avons eu plusieurs fois peur de mourir. Nous sommes allées nous confesser et avons décidé de toujours dormir dans la même chambre avec notre habit. Prêtes à donner notre vie», se souvient Sœur Nabila, qui, même pendant les raids aériens israéliens, n'a pas perdu son pragmatisme.

«J'ai couru deux fois jusqu'à la salle des ordinateurs, où il y avait 23 ordinateurs encore emballés. Un cadeau d'une valeur de quinze mille dollars qui était arrivé avant le Covid. Je n'ai pas pu m'empêcher de les mettre en sécurité, également par respect pour ceux qui nous les avaient donnés.  La Mère Générale m'a fait un sermon pour ce que j'avais risqué.  La responsabilité ne fait pas trop ressentir la peur et puis dans la souffrance on rencontre la Grâce».

Alessandra Buzzetti
Journaliste, correspondante pour le Moyen-Orient de Tv2000 et RadioinBlu