· Cité du Vatican ·

Message au Congrès de la vie religieuse d’Amérique latine et des Caraïbes

La foi doit entrer dans la culture des peuples

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg
18 août 2021

Nous publions ci-dessous le message vidéo du Pape François aux participants au Congrès de la vie religieuse d’Amérique latine et des Caraïbes (Clar), qui s’est déroulé du 13 au 15 août sur le thème: «Vers une vie religieuse intercongrégationnelle, interculturelle et itinérante». Le message a été retransmis lors de l’ouverture des travaux.

Chers frères et sœurs,

Je vous salue, vous qui participez à ce Congrès continental virtuel de la vie religieuse, convoqué par la clar, sur le thème: «Vers une vie religieuse intercongrégationnelle, interculturelle et itinérante».

Merci pour cette participation. Je vous rappelle l’importance pour la vie consacrée du défi de l’inculturation de la foi. Cela peut nous faire du bien de découvrir que l’unité n’est pas l’uniformité, mais l’harmonie multiforme (cf. Exhortation apostolique Evangelii gaudium, n. 220), et n’oublions pas que c’est l’Esprit Saint qui crée l’harmonie. Une harmonie pluriforme pour assumer les différences et valoriser les particularités, dans un esprit d’interculturalité saine et ouverte.

Votre présence est nécessaire au développement d’une théologie inculturée, adaptée à la réalité locale et vecteur d’évangélisation. N’oublions pas qu’une foi qui n’est pas inculturée n’est pas authentique. Je vous invite donc à entrer dans ce qui nous donnera cette réalité, ce qui nous donnera le vrai sens d’une culture qui est dans l’âme du peuple. Entrez dans la vie du peuple fidèle, entrez dans le respect de ses coutumes, de ses traditions, en cherchant à réaliser la mission d’inculturation de la foi et d’évangélisation de la culture. C’est un binôme, inculturation de la foi et évangélisation de la culture. Valoriser ce que l’Esprit Saint a semé dans les peuples, qui est aussi un don pour nous (ibid., n. 246).

Lorsque cette inculturation n’a pas lieu, la vie chrétienne, et plus encore la vie consacrée, aboutit aux positions gnostiques les plus aberrantes et ridicules. Nous l’avons vu, par exemple, dans la mauvaise utilisation de la liturgie. Ce qui compte, c’est l’idéologie et non la réalité des gens, et ceci n’est pas l’Evangile. N’oubliez pas le binôme: l’inculturation de la foi et l’évangélisation de la culture.

La vie consacrée est experte en communion; la vie consacrée est itinérante, elle est promotrice de la fraternité. Cependant, à notre époque, elle doit faire face à la tentation de la «survie». Combien de fois fait-on le calcul du nombre de religieux ou de religieuses dans ma congrégation, ou évaluons-nous les courbes décroissantes. C’est une tentation de survie. Il faudrait renoncer au critère des nombres, et au critère de l’efficacité, qui pourraient vous transformer en disciples craintifs, tournés vers le passé et abandonnés à la nostalgie. Cette nostalgie est en fait le chant des sirènes de la vie religieuse.

Face à cela, la stratégie et la décision les plus sages seraient de saisir l’opportunité de marcher avec le Seigneur sur les chemins de l’espérance, en reconnaissant que le fruit est sous la direction exclusive de l’Esprit Saint.

Alors, que devons-nous faire? Rejoindre le saint peuple fidèle de Dieu, respecter le saint peuple fidèle de Dieu, évangéliser, témoigner, et laisser le reste à l’Esprit Saint.

Pour vous aider à atteindre cet objectif, je voudrais vous rappeler que la joie, expression la plus élevée de la vie dans le Christ, est le meilleur témoignage que nous puissions offrir au saint peuple fidèle de Dieu, que nous sommes appelés à servir et à accompagner dans son pèlerinage à la rencontre du Père.

La joie, la joie sous toutes ses formes. La paix, la joie, le sens de l’humour. Veuillez demander cette grâce. Dans l’exhortation sur la sainteté, j’ai voulu mettre un chapitre sur le sens de l’humour. Il est si triste de voir des hommes et des femmes consacrés qui n’ont aucun sens de l’humour, qui prennent tout au sérieux. S’il vous plaît. Etre avec Jésus, c’est être joyeux, c’est aussi avoir la capacité de ce sens de l’humour qui donne la sainteté. Lisez ce petit chapitre de mon exhortation sur la sainteté.

Je vous souhaite une bonne rencontre virtuelle. Que Dieu vous bénisse et que l’Esprit Saint vous accorde la lumière de sa grâce afin que vous soyez toujours des hommes et des femmes de rencontre et de fraternité. Que la Sainte Vierge veille sur vous. Elle connaît la rencontre, la fraternité, la patience, l’inculturation. Elle sait tout cela. Qu’elle veille sur vous. Et bien, comme toujours, maintenant.... à vous! N’oubliez pas de prier pour moi, j’en ai grand besoin. Bonne réunion.