· Cité du Vatican ·

Observatoire

L’Amérique latine, Susana
et la réforme
du Conseil épiscopal

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg
03 juillet 2021

Communion, collégialité, ecclésialité et synodalité. Ces mots renferment le sens du processus de « révolution synodale » lancé en 2019 par le Conseil épiscopal latino-américain (CELAM) et arrivé aujourd'hui à un point crucial. Lors de la récente Assemblée, les évêques du continent ont approuvé le projet de réforme. Au cœur de celle-ci se trouve la constitution, expérimentale jusqu'à la ratification en 2023, de quatre centres pastoraux – gestion de la connaissance, action pastorale et réseaux, formation (Cebitepal) et communication – avec un évêque-président et un conseil de consultants composé de laïcs, de religieux et religieuses. Les structures sont cependant dirigées par des laïcs, dont une femme : l'Uruguayenne Susana Nuin Nuñez. C’est cette dernière, sociologue spécialisée dans la communication interculturelle et la doctrine sociale de l'Eglise, qui est chargée de la coordination du Cebitepal, l'entité de formation et d'étude du CELAM. « C'est un geste de grande confiance de la part de la présidence et une reconnaissance du travail accompli pendant les 15 années au cours desquelles j'ai été consultante et directrice de deux départements : communication et école sociale », dit-elle. A la fin de son mandat, et donc depuis le début, il y a un an et demi, l’experte a été rappelée pour faire partie du processus de restructuration. « Pour moi, c'est un honneur de pouvoir servir une institution prophétique comme le CELAM qui a tant fait pour l'Amérique latine et peut et doit encore faire tant de choses. Un organisme en mesure – et en cela on sent sa prophétie latente – de puiser dans la tradition sans en rester prisonnier, capable de se renouveler, de s'actualiser pour répondre au Peuple de Dieu aujourd'hui ». Dans ce cadre, le Cebitepal a une tâche délicate et cruciale : rendre réels et opérationnels les quatre mots d'ordre – communion, collégialité, ecclésialité et synodalité – de la réforme. « De quelle manière ? En articulation avec toutes les réalités du CELAM. Le Cebitepal ne veut pas être une « école de formation ». Sa dynamique, au contraire, est celle de l'incarnation, à savoir théorie et pratique. Une théorie et une pratique qui sont un appel à la conversion, à la transformation et à l'incidence. En ce moment, nous sommes dans une phase de tissage : nous renforçons les liens avec les différentes conférences épiscopales, avec les universités et les organismes de formation et de recherche. Non pas pour leur offrir un « produit » mais pour reconnaître ce qu'ils font déjà et le renforcer dans une optique continentale.

*   *   *

A propos de renouvellement, le 5 juin dernier, la Coordination des théologiennes italiennes a renouvelé son conseil d'administration : Lucia Vantini présidera l'organisation jusqu'en 2025, Donata Horak en sera la secrétaire, les conseillères sont Alice Bianchi, Federica Cacciavillani (trésorière), Anna Carfora, Simona Segoloni (vice-présidente), Rita Torti.

Lucia Capuzzi
Journaliste à « Avvenire ».