· Cité du Vatican ·

Une histoire à réécrire (et de la part des vaincues)

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg

24 octobre 2020

Où que l’on se trouve, vouloir parler de l’Afrique, des Afrique, de ses femmes, de ses peuples, etc. risque d’être répétitif : il semble que tout a déjà été dit. Le cliché est plus ou moins toujours le même, et même en effectuant des sauts périlleux, l’imaginaire est immobile et n’absorbe plus rien qui ne reflète, a priori, les préjugés millénaires à l’égard de toute nouveauté. Et pourtant, de l’Afrique, on a dit : Ex Africa semper aliquid novi !

Il y a quelques années, un journaliste, qui avait fait de l’Afrique la passion de sa vie, en est venu à dire que le thème « Afrique » ne se vendait plus, n’attirait plus sur le marché. Quelle myopie ! Et surtout, quel trou de mémoire : chiffres à l’appui, on peut se rappeler que 80% du bien-être du (soi-disant) nord du monde provient de l’Afrique.

Face à la demande de « Femmes, Eglise, Monde » d’intervenir, se présentaient deux alternatives : soit décliner l’invitation, soit essayer de raconter le devenir de cette partie du monde, en axant le récit sur l’Eglise, l’Afrique et les femmes. Un beau pari, mais depuis des années, à notre niveau, nous essayons de faire tomber les stéréotypes, pour décoloniser le regard et l’esprit, et accompagner ainsi une autre narration de cet immense Continent en forme de cœur. Nous avons donc choisi la deuxième alternative, en partant du principe que, chantée ou non, la liturgie ecclésiale africaine ne pourra jamais se passer d’elles, de ses femmes, colonne vertébrale qui soutient et soigne le devenir de chaque aspect de la vie.

L’Afrique : une partie du monde


Que l’on parle de l’Afrique, ou plus élégamment des Afrique, pour l’imaginaire collectif, ce Continent est un monde à part. Ce n’est pas ainsi que l’on perçoit les femmes et les hommes qui sont nés sur cette terre.

L’Afrique n’est pas un monde à part, mais une partie du monde. Et ce qui se passe dans chaque partie du monde, pour le meilleur ou pour le pire, se passe aussi en Afrique. Point à la ligne. Cela s’applique également au problème de la relation femme-Eglise. Nous voulons en parler.

Afrique-femme-Eglise : une histoire à réécrire


Une grande fille d’Afrique, la Malienne Aminata Traoré, a écrit : « Si on se sent comme un mendiant, on se comporte comme un mendiant. Pour retrouver notre avenir, la première chose à faire est de décoloniser nos esprits ». Pour ce faire, nous devons réécrire l’histoire, mais cette fois-ci, ce sont ceux qui ont été considérés comme les vaincus, ou les vaincues, dans ce cas.

Pendant trop longtemps, l’Afrique a été présente dans les équipes sociales comme auditrices sans droit de parole ni de réponse.

Il en est de même dans l’Eglise. La voie de l’évangélisation en Afrique n’a pas toujours pris en compte la vie de ses peuples comme le lieu sacré depuis toujours inhabité par Dieu. Trop souvent, les cultures, les croyances et la spiritualité des peuples d’Afrique ont été négligées comme étant le bon terrain pour faire pousser la plante luxuriante de l’Evangile. Dans le pire des cas, elle a fait tabula rasa, sinon le terrain s’est stratifié, saupoudré de graines provenant d’autres terres, favorisant, très souvent inconsciemment, une profonde dichotomie entre la vie vécue, depuis toujours, dans le sillon domestique de la Religion Traditionnelle Africaine, et la Bonne Nouvelle de Jésus, souvent présentée par une multitude d’Eglises divisées et même opposées entre elles.

Bien qu’elle soit considérée comme un « poumon de spiritualité » — c’est ainsi que le Pape Benoît XVI avait défini l’Afrique lors de l’ouverture de la deuxième Assemblée spéciale pour l’Afrique du Synode des évêques, le 4 octobre 2009 — nous nous trouvons aujourd’hui avec un Continent où le pourcentage des chrétiens est très élevé, mais le message de libération qu’est la Bonne Nouvelle peine à trouver une pleine citoyenneté dans les plaies de la vie quotidienne de millions de femmes et d’hommes.

L’expérience de la transformation inhérente au message chrétien a été reçue de façon extraordinairement vive dans les liturgies, où on ne compte pas les heures pour célébrer la beauté de croire, mais il y a encore trop de peuples qui, au sortir de célébrations chaleureuses et colorées, se retrouvent à vivre dans des situations de marginalité, d’appauvrissement et d’injustice indicibles qui offensent profondément la dignité humaine et la vérité de l’Evangile.

En outre, il nous semble qu’à l’Eglise qui est en Afrique, et donc a l’Eglise universelle, manquent encore des pages fondatrices de narrations, des récits inédits d’hommes et de femmes qui ont su transformer le message du Christ en une vie vécue, payant au prix fort leur existence en faveur d’un témoignage cristallin des valeurs de l’Evangile. Nous savons bien qu’il y a des hommes et des femmes qui nous ont offert des pages de réflexions courageuses, une théologie africaine capable de toucher les cordes de l’âme de ses peuples, une littérature singulière qui, avec une multiplicité de styles, célèbre le sens et le déroulement des nombreuses saisons de la vie et des événements qui l’accompagnent avec une clarté exemplaire. Et pourtant, on en sait encore trop peu... Nous aimerions connaître, par exemple, le type de bibliographie utilisée dans les séminaires ou les maisons de formation religieuse africains. Quelle nouvelle génération peut naître de ces lieux qui marquent le chemin de la foi dans une communauté chrétienne, si l’on n’a pas le courage de les rapprocher de la source vive de leurs propres racines et de leurs propres cultures ? Continuer à prêter, même avec les meilleures intentions, des connaissances, des œuvres, des idées, des concepts, des théologies, de la sainteté... ne fait que renforcer le stéréotype qui représente l’Afrique comme un récipient qui ne fait que recevoir. Il faut donc réécrire l’histoire. Il existe déjà, Dieu merci, des ouvrages importants, mais il faut avoir le courage de les lire, de les partager, de se les approprier, de les divulguer. Il y a quelques années, alors que le vent de l’intolérance était déjà puissant et que les différentes frontières commençaient à se renforcer, Lilian Thuram, un joueur de foot français né en Guadeloupe, écrivit le livre Le mie stelle nere, da Lucy a Barack Obama. [Mes étoiles noires : de Lucy à Barack Obama]. Dans la préface, il écrit : « Au cours de mon enfance, on m’a montré beaucoup d’étoiles. Je les ai admiré, rêvé : Socrate, Baudelaire, Einstein, le général de Gaulle... Mais personne ne m’a jamais parlé des étoiles noires... Je ne savais rien de mes ancêtres ». Ainsi il prit son courage à deux mains et alla chercher près de cinquante hommes et femmes dans l’immense firmament de ces étoiles noires qui lui étaient inconnues.

En repensant donc à l’histoire du Continent, et en particulier à l’histoire de l’Eglise en Afrique, nous sommes déjà en retard pour raconter le devenir de l’expérience chrétienne et son incidence sur la société, à commencer par les hommes et les femmes, jeunes et vieux, qui, au fil des siècles, ont tracé le chemin africain vers la sainteté. En feuilletant les calendriers liturgiques ou le martyrologe universel, il semblerait que pour les saintes et les saints africains, le délit de clandestinité règne aussi au Paradis ! Sans oublier qu’est désormais indispensable un récit de la foi qui raconte le discipolat de manière holistique sur les traces du Nazaréen.

Il ne s’agit pas d’une question de susceptibilité si nous disons que pendant trop de siècles, l’Afrique a été regardée de haut en bas, mais un devoir de justice et de vérité. Courage, donc, à vous femmes d’Afrique qui lisez ces pages. Ensemble, nous devons avoir le courage d’indiquer les étoiles noires qui illuminent le firmament de l’Eglise universelle, parce qu’en nous référant à nouveau à Lilian Thuran « chacun de nous a besoin d’étoiles pour pouvoir s’orienter, a besoin de modèles pour édifier l’estime de soi, changer son imagination, briser les préjugés qu’il projette sur lui-même et sur les autres ».

Un Synode qui écoute les femmes


Le Pape Benoît XVI, au cours de l’audience générale du 14 février 2007, a déclaré : « L’histoire du christianisme aurait eu un développement bien différent s’il n’y avait pas eu le généreux apport de nombreuses femmes. C’est pourquoi, comme l’écrivit mon cher prédécesseur Jean-Paul II dans la Lettre apostolique Mulieris dignitatem, "L’Eglise rend grâce pour toutes les femmes et pour chacune d’elles... L’Eglise rend grâce pour toutes les manifestations du "génie" féminin apparues au cours de l’histoire, dans tous les peuples et dans toutes les nations; elle rend grâce pour tous les charismes dont l’Esprit Saint a doté les femmes dans l’histoire du Peuple de Dieu, pour toutes les victoires remportées grâce à leur foi, à leur espérance et à leur amour:  elle rend grâce pour tous les fruits de la sainteté féminine" ».

Nous osons suggérer que non seulement l’histoire du Christianisme, mais toute l’histoire du salut, de la première Eve à la Femme de l’Apocalypse, aurait été une histoire bien différente sans la présence et la contribution des femmes.

Lors des deux Assemblées spéciales du Synode des évêques pour l’Afrique (1994 et 2009), on a parlé du rôle des femmes dans l’Eglise. Des propositions, des promesses, et d’infinis petits pas ont émergé, mais rien en comparaison des attentes conservées dans le cœur des communautés chrétiennes et des femmes qui appartiennent à ces communautés.

Certes, les Synodes sont des plates-formes et des aréopages privilégiés que le Pape convoque pour écouter, connaître, partager et éclairer les pas de l’Eglise sous le signe de la synodalité. Mais si dans l’Eglise la question de savoir comment entamer un dialogue ouvert sur les femmes est authentique (assurément nous ne nous reconnaissons pas comme « une question »), nous avons envie de dire : pourquoi, dans un futur Synode, ne pas laisser les femmes parler au Pape, raconter, expliquer et indiquer collégialement les voies à suivre pour une plus grande implication au sein et en faveur de l’Eglise tout entière ? Il serait extraordinaire de pouvoir le faire, peut-être en parlant de l’Eglise d’Afrique !

Le voyage du Pape François en Centrafrique pour ouvrir la Porte Sainte à l’occasion du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde a été un exemple éclatant de proximité avec la souffrance et l’espérance d’un peuple qui subit depuis trop longtemps les conséquences de tensions multiples et d’incertitudes sans fin.

Ne pas avoir peur de nommer des femmes


Pour parler correctement de l’Afrique, de l’Eglise et des femmes qui soutiennent ce continent sur leurs épaules (y compris l’Eglise), nous devons changer notre regard, le ton de notre voix, et surtout notre langage. Cela dénote toujours une mentalité.

Qu’il est triste d’entendre certains ministres ordonnés s’adresser à des femmes consacrées comme s’ils s’adressaient à des petites filles à éduquer et à accompagner. Ainsi, en parlant de l’Afrique, de ses peuples, de ses femmes, des femmes consacrées, entendre des phrases telles que « ces Eglises sont (toujours) trop jeunes » ; « ils ont encore tant de besoins là-bas » ; « ils ne sont pas encore prêts » ; « ils ne feront jamais ce que nous avons fait nous ! ». Cette attitude dénote la mentalité de ceux qui observent ce Continent avec un sentiment de supériorité mal dissimulé, et considère ces peuples plus comme des victimes que  comme des interlocuteurs.

Et pourtant, en Afrique, les femmes ne sont pas là à attendre que quelqu’un vienne les secourir. Depuis des temps immémoriaux, les femmes en Afrique marchent pieds nus et portent le Continent sur leurs épaules (y compris l’Eglise). Ce sont elles qui prennent soin de l’humanité, toujours, et qui paient de leur propre vie la vie des autres. Ce sont elles qui préservent et transmettent la foi. En les regardant avec des yeux transparents, on a l’impression de les voir enveloppés par un fil invisible qui les tient unies toutes ensemble. Il semble que chaque matin, on ressente l’étreinte chaleureuse de ces millions de mains féminines qui soutiennent, caressent, bercent l’humanité blessée des peuples d’Afrique.

La question de la langue, peu considérée et sous-estimée, est en revanche, et à notre avis, d’une importance considérable. L’Eglise, et en particulier les hommes dans l’Eglise, doivent apprendre à nous interpeller et pas à nous laisser dans l’ombre. Il ne s’agit pas simplement d’un exercice de syntaxe lorsque nous essayons d’utiliser, et d’exiger, un langage inclusif. Le problème est que, à force de ne pas nous inclure dans ses discours, l’Eglise nous rend invisibles également à nous-mêmes.

Lors de la deuxième Assemblée spéciale du Synode des évêques pour l’Afrique, à laquelle l’une d’entre nous a participé en tant qu’auditrice (ndr. Sœur Elisa), nous avions souhaité que les évêques s’adressent aux femmes d’une nouvelle manière en les appelant « Sœurs bien-aimées et mères d’Afrique ». Et nous avions également suggéré ce qu’il fallait nous dire... «  Avant tout nous nous adressons à vous comme à nos filles : parce que vous êtes les éducatrices de la paix, de la concorde, de la réconciliation. Aujourd’hui, nous vous demandons de marcher avec nous le long du processus de renaissance, de guérison, de justice pour notre Afrique. Vous, qui depuis toujours, parcourez nos routes chaque matin et les connaissez millimètre par millimètre, vous nous guiderez et nous indiquerez les chemins à choisir, afin de ne pas nous perdre dans les méandres de discours interminables... C’est à vous que nous confions le présent et l’avenir des nations ».

Onze ans se sont écoulés depuis ce Synode et les femmes d’Afrique attendent toujours d’être interpellées et incluses. En attendant, une foule silencieuse de communautés chrétiennes continue à témoigner de l’Evangile, de la « Bonne Nouvelle » tissée dans la chair et la vie quotidienne du Continent qui a accueilli Jésus, réfugié en Egypte, et l’a aidé à porter la Croix, à travers ce Simon, originaire de Cyrène, «  rencontré en chemin » (cf. Matthieu 27, 32).

Mais ne perdons pas l’espérance. En outre, c’est nous les femmes, qui, les premières, avons reçu l’annonce de la Résurrection !

Vocations


Alors que dans le reste du monde, la pénurie de vocations provoque déjà des effets secondaires (vieillissement, bâtiments immenses et vides, fossé abyssal entre les générations), en Afrique depuis des années, la vie consacrée féminine, et pas seulement, trouve un terrain fertile pour croître et se développer. Et pourtant, dans les couloirs des Instituts de fondation ancienne, cette vivacité n’est pas toujours vue avec beaucoup de sympathie.

Ici aussi, les rhétoriques habituelles : « Mais s’agit-il de véritables vocations ? Elles viennent chez nous pour trouver du confort, certainement pour étudier ». Des lieux communs, certes, mais qui font mal. Les vocations ministérielles et religieuses qui naissent en Afrique sont un don que Dieu fait à l’Eglise, pour le bien de l’Eglise tout entière et de l’humanité. Certes, le discernement est toujours de rigueur, en Afrique comme partout ailleurs.

La vie religieuse africaine a un impact profond sur la vie de l’Eglise et de la société. Les paroles de sœur Giuseppina Tresoldi, missionnaire combonienne qui, depuis des années, suit, au nom de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie apostolique, le cheminement des religieuses en Afrique, sont significatives : « Elles entrent dans le tissu social et dans l’Eglise et apportent une transformation en travaillant dans les secteurs vitaux de l’éducation, de la santé et de la formation chrétienne des personnes. Le potentiel de la vie religieuse en Afrique est incontestable. Comment canaliser la richesse des différents charismes et ministères au sein de l’Eglise pour sa croissance et sa sanctification, en faisant ressortir son visage africain, reste un grand défi pour chaque congrégation et évêque diocésain ». D’où l’appel lancé aux évêques à considérer la vie consacrée des femmes avec plus d’équité et de respect, et à ne pas penser uniquement aux séminaires et à la formation des prêtres, mais à donner des chances égales de formation professionnelle aussi aux religieuses et aux laïques. Pour définir leur ministère et bénéficier de leur expérience.

Appel aux femmes


Les religieuses et les femmes qui vivent dans tous les lieux d’Afrique (comme du reste dans d’autres pays du monde) doivent avoir le courage de demander que l’Eglise nous regarde avec les yeux de Jésus, qui a su reconnaître dans la femme une fidèle co-protagoniste de son Mystère pascal et exiger l’espace qui est le nôtre dans les lieux où sont votées les décisions concernant notre propre vie et celle de nos communautés : humaines, de foi, d’appartenance culturelle. Elles doivent être présentes dans les itinéraires qui prévoient la formation holistique de la personne, non seulement dans les projets de développement humain, mais aussi dans les séminaires, afin d’élargir la vision de la femme non seulement entendue comme une mère, une sœur, une cuisinière... mais comme une étudiante, une enseignante, une théologienne, une professionnelle. Et pour appuyer davantage l’urgence de notre coresponsabilité ecclésiale, non pas comme une exception mais comme une coutume.

Ce n’est pas un chemin facile, nous le savons. Mais sur les traces des innombrables Mères d’Afrique, les jeunes générations sont invitées au courage de la résilience. Ou mieux, de la résistance. Parce qu’elle exprime mieux la fatigue, la fierté et l’entêtement que les femmes africaines ont en commun. Qu’elles résistent pour que leurs peuples puissent exister. Aussi pour se réapproprier de ces racines anciennes de l’histoire, qui honorent l’Afrique non seulement comme le berceau de l’humanité, mais aussi comme la gardienne de la Terre où nous avons toutes et tous appris à élever notre regard vers le Ciel.


Elisa Kidanè*
et Maria Teresa Ratti**
*Elisa Kidanè est missionnaire combonienne. Née en Erythrée, elle a effectué sa mission en Equateur, au Pérou et au Costa Rica, puis en Italie en tant que journaliste dans les revues comboniennes. En 2009, elle a participé au deuxième Synode pour l’Afrique.
**Maria Teresa Ratti est missionnaire combonienne et a vécu 17 ans au Kenya. Journaliste, elle a écrit pour le magazine « New People » de Nairobi et a été directrice de « Raggio-Combonifem » — la revue de sa congrégation  — de 2006 à 2011.