· Cité du Vatican ·

A propos de saints et de saintes africaines…

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg

24 octobre 2020

Paolo VI


«Il ne nous est pas possible d’envoyer notre salut à l’Afrique, sans évoquer les antiques gloires chrétiennes. Nous pensons aux Eglises chrétiennes d’Afrique, dont l’origine remonte aux temps apostoliques et est liée, selon la tradition, au nom et à l’enseignement de l’évangéliste saint Marc. Nous  pensons à la foule innombrable de saints, de martyrs, de confesseurs, de vierges, qui ont appartenu à ces Eglises. En réalité, du IIe au IVe siècle, la vie chrétienne dans les régions septentrionales de l’Afrique fut très intense et occupa une position d’avant-garde aussi bien dans le domaine de la théologie que dans celui de la littérature chrétienne.

Des noms remontent aussitôt à la mémoire, ceux des grands docteurs et écrivains, comme Origène, saint Athanase, saint Cyrille, flambeaux de l’école d’Alexandrie,... Tertullien, Cyprien et surtout Augustin, une des lumières les plus brillantes de la chrétienté.... Les grands saints du déserts, Paul, Antoine, Pacôme, les premiers fondateurs du monachisme, qui s’est ensuite diffusé, à partir de leur exemple, en Orient et en Occident.... Ces lumineux exemples, comme aussi les figures des saints Papes originaires d’Afrique, Victor I, Melchiade et Gélase I, font partie du patrimoine commun de l’Eglise et les écrits des auteurs chrétiens d’Afrique restent encore aujourd’hui d’une importance capitale pour approfondir, à la lumière de la Parole de Dieu, l’histoire du salut.

Africæ terrarum, n. 3 (1967)

Jean-Paul II


«L’Eglise en Afrique doit veiller à rédiger son propre martyrologe, ajoutant aux magnifiques figures des premiers siècles [...], les martyrs et les saints des époques récentes».

Synode des évêques pour l’Afrique, (1994)

«Durant ces premiers siècles de l’Eglise en Afrique, des femmes ont aussi porté leur témoignage au Christ. Parmi elles, une mention particulière est due aux saintes Félicité et Perpétue, à sainte Monique et à sainte Thècle ».

Ecclesia in Africa, n. 31 (1995)

«La liste des saints que l’Afrique donne à l’Eglise, liste qui est son plus grand titre d’honneur, continue de s’allonger. Comment pourrions-nous ne pas mentionner, parmi les plus récents, la bienheureuse Clémentine Anwarite, vierge et martyre du Zaïre, que j’ai béatifiée sur le sol africain en 1985, Victoire Rasoamanarivo de Madagascar et la bienheureuse Joséphine Bakhita (sur la photo, le drap à Saint-Pierre le jour de la béatification) du Soudan. Comment pourrions-nous ne pas mentionner le bienheureux Isidore Bakanja, martyr du Zaïre» (Ibidem, n. 34)

Benoît XVI


«J’encourage les pasteurs des Eglises locales à reconnaître parmi les serviteurs africains de l’Evangile, ceux qui pourraient être canonisés, selon les normes de l’Eglise, non seulement pour augmenter le nombre des saints africains, mais aussi pour obtenir de nouveaux intercesseurs au ciel afin qu’ils accompagnent l’Eglise dans son pèlerinage terrestre et intercèdent auprès de Dieu pour le continent africain».

Africæ Munus, n. 114 (2011)