· Cité du Vatican ·

En prière pour les défunts « anonymes » enterrés dans les fosses communes

cq5dam.thumbnail.cropped.500.281.jpeg

Messe à Sainte-Marthe du 30 avril

30 avril 2020

INTRODUCTION

Nous prions aujourd'hui pour les défunts, pour ceux qui sont morts à cause de la pandémie; et également de manière particulière pour les défunts – appelons-les ainsi  – anonymes: nous avons vu les photographies des fosses communes. Tant de personnes, tant...

HOMELIE

«Nul ne peut venir à moi si le Père qui m'a envoyé ne l'attire» (Jn 6, 44): Jésus rappelle que les prophètes avaient également pré-annoncé cela: «Ils seront tous enseignés par Dieu» (Jn 6, 45). C'est Dieu qui attire à la connaissance du Fils. Sans cela, on ne peut pas connaître Jésus. Oui, on peut étudier, on peut également étudier la Bible, également connaître comment il est né, ce qu'il  a fait: cela oui. Mais le connaître de l'intérieur, connaître le mystère du Christ n'est que pour ceux qui sont attirés par cela par le Père.

C'est ce qui est arrivé à ce ministre de la reine d'Ethiopie. On voit que c'était un homme pieux et qui a pris du temps, malgré ses nombreuses affaires, pour aller adorer Dieu. Un croyant. Il revenait dans son pays en lisant le prophète Isaïe (cf. Ac 8, 27-28). Le Seigneur prend Philippe, il l'envoie dans ce lieu et lui dit ensuite:  «Avance et rattrape ce char» (v. 8, 29), et il entend le ministre qui lit Isaïe. Il s'approche et lui demande: “Comprends-tu?” – «Et comment le pourrais-je, si personne ne me guide?» (v. 31), et le ministre  lui pose une question: “De qui le prophète dit-il cela?”. “Je t'en prie, monte dans le char”, et au cours du voyage – je ne sais pas pendant combien de temps, je pense au moins deux heures – Philippe expliqua: il expliqua Jésus (cf. vv. 26-35).

Cette inquiétude que ressentait cette personne pendant la lecture du prophète Isaïe venait précisément du Père, qui attirait vers Jésus (cf. Jn 6, 44): il l'avait préparé, il l'avait conduit d'Ethiopie à Jérusalem pour adorer Dieu et ensuite, avec cette lecture, il avait préparé son cœur pour révéler Jésus, au point que dès qu'il vit l'eau, il dit: “Je peux être baptisé” (cf. v. 36). Et il crut.

Et cela – que personne ne peut connaître Jésus sans que le Père ne l'attire (cf.  v. 44) – cela est valable pour notre apostolat, pour notre mission apostolique en tant que chrétiens. Je pense également aux missions. “Que vas-tu faire dans les missions?” – “Moi, je vais convertir les gens” – “Mais arrête-toi, tu ne convertiras personne! Ce sera le Père qui attirera ces cœurs pour reconnaître Jésus”. Aller en mission c'est rendre témoignage de sa propre foi; sans témoignage tu ne feras rien. Aller en mission – et les missionnaires sont de braves personnes! – ne signifie pas créer de grandes structures, des choses… et s'arrêter ainsi. Non: les structures doivent être des témoignages. Tu peux créer une structure hospitalière, éducative, d'une grande perfection, très développée, mais si cette structure est sans témoignage chrétien, ton travail là-bas ne sera pas un travail de témoin, un travail de vraie prédication de Jésus: ce sera une société de bienfaisance, très bonne – très bonne! – mais rien de plus.

Si je veux aller en mission, et je le dis si je veux aller faire de l'apostolat, je dois y aller en étant disponible à ce que le Père attire les personnes à Jésus, et c'est le témoignage qui fait cela. Jésus lui-même le dit à Pierre, quand il confesse qu'Il est le Messie: “Tu es heureux Simon Pierre, parce que cette révélation t'est venue du Père” (cf.  Mt 16, 17). C'est le Père qui attire et il attire aussi à travers notre témoignage. “Je ferai tant d’œuvres, ici, là-bas... des œuvres d'éducation, de ceci, et aussi de cela…”, sans témoignage ce sont de bonnes choses, mais elles ne sont pas l'annonce de l'Evangile, ce ne sont pas des lieux qui donnent la possibilité au “Père d'attirer à la connaissance de Jésus” (cf. Jn 6, 44). Travail et témoignage.

“Mais comment puis-je faire pour que le Père se soucie d'attirer ces personnes?”. La prière. Et c'est la prière pour les missions: prier pour que le Père attire les gens vers Jésus. Témoignage et prière vont de pair. Sans témoignage et sans prière on ne peut pas faire de prédication apostolique, on ne peut pas annoncer. Tu feras une belle prédication morale, tu feras tant de bonnes choses, toutes bonnes. Mais le Père n'aura pas la possibilité d'attirer les gens à Jésus. C'est le cœur: c'est le cœur de notre apostolat, que “le Père puisse attirer les gens à Jésus” (cf. Jn 6, 44). Notre témoignage ouvre les portes aux gens et notre prière ouvre la porte au cœur du Père pour qu'il attire les gens. Témoignage et prière. Et cela n'est pas valable seulement pour les missions, cela l'est également pour notre travail comme chrétiens. Est-ce que je donne vraiment un témoignage de vie chrétienne à travers mon style de vie? Est-ce que je prie pour que le Père attire les gens vers Jésus?

C'est la grande règle pour notre apostolat, partout, et de manière particulière pour les missions. Aller en mission n'est pas faire du prosélytisme. Une fois, une dame – bonne, on voyait qu'elle était de bonne volonté –  s'est approchée avec deux enfants, un garçon et une fille, et elle m'a dit: “Ce garçon, Père, était protestant et il s'est converti: je l'ai convaincu. Et cette fille était…” – je ne me souviens plus, animiste, je ne sais pas ce qu'elle m'a dit –  “et je l'ai convertie”. Et cette dame était bonne: bonne. Mais elle se trompait. J'ai un peu perdu patience et je lui ai dit: “Mais écoute, tu n'as converti personne: c'est Dieu qui a touché le cœur de ces personnes. Et n'oublie pas: témoignage, oui; prosélytisme, non”.

Demandons au Seigneur la grâce de vivre notre travail à travers le témoignage et avec la prière, pour que Lui, le Père, puisse attirer le gens vers Jésus.

PRIERE POUR LA COMMUNION SPIRITUELLE

Les personnes qui ne peuvent pas communier font à présent la communion spirituelle:

Je crois, mon Jésus, que tu es réellement présent dans le Très Saint Sacrement de l’autel. Je t’aime par-dessus toute chose et je désire ardemment te recevoir dans mon âme. Puisque je suis incapable de Te recevoir de façon sacramentelle, entre au moins spirituellement dans mon cœur. Je T’embrasse comme si Tu y étais déjà et je m’unis entièrement à Toi. Ne permets jamais que je sois séparé de Toi. Ainsi soit-il.