Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Un prix pour la sœur chilienne Nelly León

C’est la sœur Nelly León Correa, responsable de l’aumônerie du pénitencier féminin de San Joaquín au Chili, qui remporte la reconnaissance décernée par l’organisation Comunidad Mujer qui prime chaque année l’institution ou la personne qui s’est distinguée par son travail en faveur des femmes. Chilienne, la sœur Nelly, âgée de 48 ans (elle fait partie des sœurs de Notre Dame de la charité du Bon Pasteur, proches des personnes vulnérables) a créé la fondation Mujer Levántate (Femme lève-toi) qui soutient les femmes en prison. Dans la seule ville de Santiago, les détenues (principalement pour des délits liés au micro-trafic de drogue) sont environ 1.400, originaires du Chili, de Bolivie, du Pérou et d’Argentine. Outre la relation individuelle et l’écoute, sœur Nancy (engagée depuis neuf ans dans ce domaine) s’occupe des nécessités pratiques des détenues et des contacts avec leurs familles. 3 religieuses travaillent avec elle (d’autres instituts) ainsi que 35 laïcs. A Santiago, raconte-t-elle, « nous avons lancé aussi une collaboration avec les étudiants en dernière année de droit à l’Université catholique, pour les détenues qui ne peuvent pas se payer d’avocat et ont donc besoin d’un aide juridique gratuite ». En prison la situation est particulièrement critique pour les femmes avec des problèmes mentaux : « il n’existe pas de lieu séparé où elles puissent vivre : elles sont avec toutes les autres, sans possibilité de les soigner. Comme aumônerie nous demandons en ce moment un espace protégé pour elles, également pour éviter la violence que cela peut engendrer ». Dans le secteur des droits humains et de la violence contre les femmes, a été en revanche récompensée l’avocate Paulina Maturana Vivero. Une reconnaissance pour l’engagement social est enfin allé à la chef d’entreprise Rosa Esther Salazar : propriétaire d’une usine qui fabrique des vêtements de protection pour les mineurs, elle a donné du travail à cent détenues de la prison de la ville portuaire d’Antofagasta.

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

17 novembre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME