Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Service et gratuité

· ​Messe du Pape à Sainte-Marthe ·

«Service» et «gratuité» sont les deux mots clés autours desquels le Pape François a élaboré la méditation de la Messe célébrée à Sainte-Marthe, dans la matinée du mardi 11 juin. Ce sont les caractéristiques fondamentales qui doivent accompagner le chrétien «en cours de route», a dit le Pape, le long du chemin, ce «cheminement» qui caractérise toujours la vie, «car un chrétien ne peut pas rester immobile».

L’enseignement vient directement de l'Evangile: c'est là que se retrouvent (Mt 10, 7-13) les indications de Jésus pour les apôtres qui sont envoyés. Une mission qui est également celle «des successeurs des apôtres» et de «chacun des chrétiens, s'il est envoyé».

Voilà la première donnée fondamentale soulignée par le Pape: «La vie chrétienne est pour servir». Elle est «servir» et jamais «se servir de».

En poursuivant sa réflexion, François est passé à un concept qui «va précisément au cœur du salut: “Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement”. Et c'est «l'une des plus belles choses» que de savoir «que le Seigneur est plein de dons à nous donner» et qu'il n'est demandé qu'une chose à l'homme: «que notre cœur s'ouvre». Comme dans la prière du Notre Père, où «nous prions, nous ouvrons notre cœur, pour que cette gratuité vienne. Il n'y a pas de relation avec Dieu en dehors de la gratuité».

En considérant ce fondement de la vie chrétienne, le Pape a souligné des malentendus possibles et dangereux. C'est pourquoi il a dit, «quelquefois, quand nous avons besoin de quelque chose de spirituel ou d'une grâce, nous disons: “Bien, maintenant je vais jeûner, je vais faire pénitence, je vais faire une neuvaine...”». Tout cela va bien, mais «faisons attention: cela ne sert pas à “payer” la grâce, à “acquérir” la grâce; cela sert à élargir ton cœur pour que la grâce vienne». En effet, cela doit être bien clair: «La grâce est gratuite. Tous les biens de Dieu sont gratuits. Le problème est que le cœur se rétrécit, il se ferme et il n'est pas capable de recevoir autant d'amour, autant d'amour gratuit».

Et si cela vaut pour la relation avec Dieu, cela vaut aussi pour les chrétiens et en particulier pour les «pasteurs de l'Eglise».

Donc, non à des dynamiques du genre: «Seigneur, fais cela pour moi et je te donnerai ceci»; mais, éventuellement, oui à une promesse, afin que grâce à celle-ci le cœur s'élargisse «pour recevoir» ce qui «est gratuit pour nous». Et «cette relation de gratuité avec Dieu est ce qui nous aidera ensuite à l'avoir avec les autres, aussi bien dans le témoignage chrétien que dans le service chrétien et dans la vie pastorale de ceux qui sont pasteurs du peuple de Dieu».

«La vie chrétienne est un cheminement. Prêchez, servez, ne vous “servez pas de”. Servez et donnez gratuitement ce que vous avez reçu». Et il a conclu: «Que notre vie de sainteté soit cet élargissement du cœur, pour que la gratuité de Dieu, les grâces de Dieu qui sont là, qu'Il veut donner, puissent arriver à notre cœur».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

15 novembre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME