Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Question de justice

· Intervention du cardinal Tagle sur la sécurité alimentaire ·

Le droit humain fondamental à une alimentation adéquate n’est pas seulement un défi économique, mais avant tout éthique et anthropologique. « Le problème de la perte de nourriture est liée au système ; elle est la conséquence de systèmes alimentaires qui ne sont pas centrés sur la personne humaine, mais sur le marché ». La justice, l’égalité et le respect réciproque sont des valeurs ultimes, non négociables. « Tout le monde doit pouvoir bénéficier des fruits de la terre ».

Tel est le cœur de l’intervention prononcée hier par le cardinal Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille et président de Caritas Internationalis au cours d’une rencontre consacrée aux pertes alimentaires, organisée en marge du Conseil de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture). A la rencontre participait également Fernando Chica Arellano, observateur permanente du Saint-Siège auprès de la FAO.

Rappelant l’attention d’abord du Pape Benoît XVI, puis du Pape François pour la question de l’insécurité alimentaire, le cardinal Tagle a souligné que « la perte de nourriture a lieu à tous les stades du développement de la chaîne agricole après la récolte, y compris le stade du transport du champ à l’entrepôt, au cours du battage ou de l’épluchage, du stockage, du transport au marché, et enfin, au cours de la vente ». Le phénomène de la perte alimentaire « est particulièrement néfaste pour les petits agriculteurs, dont la sécurité alimentaire et la capacité de gagner un revenu de leur travail est sérieusement menacée ».

Dans ce contexte, ce sont les gouvernements qui doivent assumer « le devoir de créer les conditions favorables pour la sécurité alimentaire, de respecter la personne et sa façon d’utiliser les ressources nécessaires, d’assurer la sécurité et la quantité de nourriture ». Il faut donc de nouvelles politiques et de plus grands investissements pour améliorer les infrastructures agricoles. « Si nous voulons – a expliqué le cardinal Tagle – que les systèmes alimentaires garantissent le droit à une alimentation adéquate à chacun, surtout aux plus défavorisés, cela exige de solides politiques et des mesures efficaces pour empêcher les pertes alimentaires ».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

16 décembre 2017

NOUVELLES SUR LE THÈME