Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Pour une nouvelle idée
de développement

· Intervention du Saint-Siège ·

Il convient de renforcer l'intégration des trois dimensions fondamentales d'un développement durable: l'économie, la société et l'environnement. « L'on ne peut sans aucun doute pas affronter un pilier indépendamment de l'autre. Par exemple, le fait de privilégier la protection de l'environnement ou de la croissance économique, sans considérer la dignité de la personne humaine et le bien commun de la société comme un tout, serait contraire à la véritable nature du programme».

Tel est le point central de l'intervention du Saint-Siège, lundi 20 juillet, durant les négociations intergouvernementales relatives à l'ordre du jour sur le développement post-2015, un document qui doit tracer les lignes d'action futures de l'ONU sur toute une série de thèmes cruciaux: de l'instruction à l'environnement, de l'énergie à l'eau, de la nourriture à la lutte contre les inégalités sociales.

Le Saint-Siège estime que l'ébauche actuelle du programme « conduit la communauté internationale dans la direction juste, vers la réalisation d'un agenda universel, ambitieux et transformateur qui mette fin à la pauvreté et arrive à un développement durable pour l'humanité et la planète ». En particulier, la délégation du Saint-Siège présente aux négociations juge de manière positive « la reconnaissance du fait que l'éradication de la pauvreté est le plus grand défi mondial ainsi que la décision de libérer l'humanité de la tyrannie de la pauvreté sous toutes ses formes ».

Bien que reconnaissant la valeur du travail effectué pour arriver à l'ébauche actuelle, la délégation du Saint-Siège a voulu donner quelques indications pour de possibles améliorations. Aucun pays ne doit être laissé de côté: l'agenda de l'ONU doit s'adresser aux besoins de tous, sans discriminations. L'ébauche doit ensuite souligner « plus directement » la nécessité d'une approche qui mette au centre la personne humaine et pour cela, « nous encourageons la mobilisation de ressources financières et non-financières, à travers tous les canaux », incluant la science, la technologie, l'innovation, le regard tourné en particulier vers les populations les plus pauvres et frappées par la crise.

Le texte intégral de l'intervention  

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

26 août 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME