Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Pour un engagement renouvelé de l’Eglise

· Intervention du cardinal secrétaire d’Etat ·

« Non seulement un échec pour les principes chrétiens, mais un échec pour l’humanité ». C’est ainsi que cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat, commente le résultat du référendum en Irlande qui a légalisé les mariages entre personnes du même sexe. « J’ai été très attristé par ce résultat », a-t-il dit, en ajoutant – avec une référence aux déclarations de l’archevêque de Dublin – que « l’Eglise doit tenir compte de cette réalité, mais doit le faire dans le sens de renforcer son engagement tout entier pour évangéliser également notre culture ».

Le cardinal a été interpellé à ce sujet par les journalistes dans l’après-midi du jeudi 26 mai, en marge de la Conférence internationale sur le thème: « Repenser les caractéristiques clés de la vie économique et sociale », promue à Rome par la fondation Centesimus Annus pro Pontifice.

En répondant à une question sur le prochain synode des évêques, le cardinal Parolin a répété que « la famille demeure le centre, et nous devons véritablement faire tout notre possible » pour la défendre, la protéger et la promouvoir « parce que tout avenir de l’humanité et de l’Eglise, notamment face à certains événements de ces jours derniers, dépend de la famille ». Et il a spécifié: « Ne pas soutenir la famille est comme éliminer la base de ce qui devrait être l’édifice de l’avenir ».

Le cardinal a également fait référence à l’imminente publication de l’encyclique de François consacrée à la protection de la création, en avançant l’hypothèse que « le Pape rappellera les principes moraux qui sont à la base également d’un engagement à l’égard de l’environnement et qui pourront être partagés par tous ». Il a ensuite poursuivi en affirmant que « l’idée de toujours que l’Eglise propose et repropose et sur laquelle toutes les encycliques sociales des Papes ont fortement insisté, est le caractère central de la personne humaine ».

La Conférence sur la doctrine sociale de l’Eglise et le monde des affaires, qui s’est ouverte dans l’après-midi du lundi 25 mai dans l’aula nuova du synode du Vatican, a affronté en particulier deux questions qui concernent tant les économies riches que les pauvres: c’est-à-dire la possibilité d’une croissance qui n’implique pas nécessairement une consommation compulsive et l’avenir de l’emploi et de l’économie « souterraine ».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

18 septembre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME