Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Pour la paix en Syrie

· La conférence Genève 2 doit garantir la participation inclusive de toutes les parties impliquées ·

La cessation immédiate de la violence en Syrie ; le lancement de la reconstruction ; le dialogue entre les communautés ; les progrès dans la résolution des conflits régionaux ; la participation de tous les acteurs régionaux et mondiaux au processus de paix. Tels sont les présupposés et dans le même temps les objectifs que la conférence internationale sur la Syrie, fixée pour le 22 janvier d’abord à Montreux puis à Genève, doit se proposer pour arriver à une paix durable. 

C’est ce que soutient le document de conclusion du séminaire sur la crise syrienne promu par l’Académie pontificale des sciences et qui s’est déroulé hier, lundi 13, au Vatican. La déclaration a été adressée au Pape François. Les participants au séminaire soulignent que la guerre en Syrie a été alimentée par des rivalités et par le profond manque de confiance dans la région, plus encore que par les conflits internes. « D’un côté – affirme le document – cela est prometteur. Le peuple syrien a vécu en paix au cours de l’histoire, et peut recommencer à le faire. D’autre part, les conflits régionaux qui ont bouleversé la Syrie doivent être affrontés afin de créer les conditions pour une paix durable ». En conséquence, « la conférence Genève 2 doit garantir la participation inclusive de toutes les parties en conflit, tant à l’intérieur de la région qu’à l’extérieur ».

A ce sujet, le séminaire a estimé particulièrement digne d’attention l’accord récent entre l’Iran et les membres permanents du Conseil de Sécurité plus l’Allemagne, pour parvenir à un accord sur le programme nucléaire iranien. « Cet accord provisoire donne au monde la grande espérance que la période prolongée de grave absence de confiance entre l’Iran et d’autres pays de la région et au-delà puisse à présent laisser place à une nouvelle ère de confiance voire de coopération ». Et cela aurait lieu également dans le cas d’un pas en avant dans les négociations de paix israélo-palestiniennes, en cours sous l’égide des Etats-Unis.

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

25 février 2020

NOUVELLES SUR LE THÈME