Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

N’oubliez pas les pauvres

· ​Dans un message au sommet de Davos le Pape rappelle que l’homme doit gouverner le développement ·

«Créer de nouveaux modèles de faire des affaires qui, tout en promouvant le développement des technologies avancées, soient aussi capables de les utiliser pour créer du travail digne pour tous, pour maintenir et renforcer les droits sociaux, et pour protéger l’environnement». C’est ce que souhaite le Pape François dans un message adressé aux participants à la quarante sixième édition du Forum économique mondial, qui s’est ouvert aujourd’hui, mercredi 20 janvier, à Davos-Klosters, en Suisse, sur le thème: «Maîtriser la quatrième révolution industrielle».

En répétant que «l’homme doit guider le développement technologique, sans se laisser dominer par lui», le Pape a renouvelé son appel à ne pas oublier les pauvres. «C’est le premier défi – a-t-il dit – qui se trouve devant vous en tant que responsables dans le monde des affaires».

Avec des paroles fortes, François a exhorté à ne jamais permettre «que la culture du bien-être nous anesthésie», notamment parce que «pleurer devant le drame des autres ne veut pas dire seulement partager leurs souffrances, mais aussi et surtout réaliser que nos propres actions sont cause d’injustice et d’inégalité». D’où l’exhortation, empruntée à la bulle d’indiction du jubilé Misericordiae vultus d’«ouvrir nos yeux pour voir les misères du monde, les blessures de tant de frères et sœurs privés de dignité», en écoutant «leur cri qui appelle à l’aide».

Seul qui se rend compte de cela, a expliqué François, «devient plus pleinement humain, puisque la responsabilité envers nos frères et sœurs est une part essentielle de notre commune humanité». C’est pourquoi il ne faut pas avoir «peur d’ouvrir les esprits et les cœurs aux pauvres». Car de cette façon, on donne «libre cours aux talents économiques et techniques», et il est possible de découvrir «la joie d’une vie pleine, que le consumérisme ne peut de lui-même apporter».

Par la suite, le Pape a cité les «profonds changements actuels» en cours, en appelant les responsables mondiaux à «garantir que la prochaine "quatrième révolution industrielle", le résultat des innovations robotiques, scientifiques et technologiques, ne conduise pas à la destruction de la personne humaine — pour être remplacée par une machine sans cœur — ou à la transformation de notre planète en un jardin vide pour le plaisir de quelques élus». Au contraire, «le moment présent offre une précieuse occasion de guider et de gouverner le processus actuellement en cours, et de construire des sociétés inclusives basées sur le respect de la dignité humaine, la tolérance, la compassion et la miséricorde». D’où, par conséquent, l’invitation finale «de reprendre la conversation sur la manière de construire l’avenir de la planète, "notre maison commune" », avec la demande «de faire un effort uni pour rechercher un développement durable et intégral».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

24 novembre 2017

NOUVELLES SUR LE THÈME