Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

La proximité de l'évêque

· Messe à Sainte-Marthe ·

Les évêques doivent être proches de Dieu par la prière, proches de leurs prêtres, proches entre eux, et enfin, proches du peuple de Dieu. Telle est la voie que le Pape a indiquée dans l’homélie du 20 septembre 2019, lors de la Messe à Sainte-Marthe. Sa réflexion part des lectures de la liturgie des 19 et 20 septembre, en se concentrant sur les conseils que l’apôtre Paul donne au jeune évêque Timothée : des conseils qui se poursuivent également dans la deuxième lecture.

Aujourd’hui, le cœur de la réflexion est l’argent, mais également les commérages, les « bavardages », autant de choses qui affaiblissent la vie ministérielle. « Quand un ministre – qu’il soit prêtre, diacre, évêque – commence à être attaché à l’argent », il s’unit à la racine de tous les maux, répète le Pape, en se référant à la première lecture du jour, dans laquelle Paul rappelle précisément que l’avidité de l’argent est la racine de tous les maux (1 Tm 6, 2c-12).

Dans son homélie, François se concentre sur les conseils que l’apôtre Paul donne à Timothée et à tous les ministres dans les deux lettres. En effet, ce ne sont pas seulement les évêques qui sont appelés à être proches, mais également les prêtres et les diacres. Le Pape indique quatre « proximités ». Avant tout, l’évêque « est un homme de proximité à Dieu ». Le Pape rappelle que quand les apôtres, pour mieux servir les veuves et les orphelins, ont « inventé » les diacres, pour l’expliquer, Pierre affirme qu’« à nous », c’est-à-dire aux apôtres, revient « la prière et l’annonce de la Parole ».

La deuxième proximité à laquelle est appelé l’évêque est celle à l’égard de ses prêtres et diacres, ses collaborateurs, qui sont les prochains les plus proches. « Cela est triste quand un évêque oublie ses prêtres. Cela est triste d’entendre les plaintes des prêtres qui te disent : "j’ai appelé l’évêque, j’ai besoin d’un rendez-vous pour dire quelque chose, et la secrétaire m’a dit que tout est plein pour les trois prochains mois..." ». Un évêque qui sent cette proximité à l’égard des prêtres, s’il voit qu’un prêtre l’a appelé aujourd’hui,devrait le rappeler au plus tard demain, parce qu’il a le droit de connaître, de savoir qu’il a un père. Proximité à l’égard des prêtres. Et que les prêtres vivent la proximité entre eux, pas les divisions. Le diable entre là pour diviser les prêtres, pour diviser ».

C’est ainsi, en effet, que commencent les petits groupes qui « divisent par idéologie », « par sympathie ». En effet, la quatrième proximité est celle à l’égard du peuple de Dieu. En tant qu’évêque et en tant que prêtre, il faut toujours être proche du peuple de Dieu ». « Quand un évêque se détache du peuple de Dieu, il finit dans un climat d’idéologies qui n’ont rien à voir avec le ministère. Il a oublié le don – gratuit – qui lui a été donné ».

En conclusion, le Pape résume et demande à nouveau de ne pas oublier ces « quatre proximités », y compris celle du collège épiscopal et sacerdotal. « Priez-vous pour vos prêtres, pour le curé, pour le vicaire, ou est-ce que vous les critiquez seulement ? », demande encore le Pape François : « Il faut prier pour les prêtres et pour les évêques, afin que tous – le Pape est un évêque – nous sachions conserver le don – ne pas négliger ce don qui nous a été donné – par cette proximité ».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

23 octobre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME