Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

L'homme de la paternité

· Messe du Pape à Sainte-Marthe ·

C’est à saint Joseph – « l’ombre du Père » qui « sans dire un mot » et sans se laisser décourager par les « commérages » a cru et obéi à Dieu, « assumant la paternité et le mystère » – que le Pape François a suggéré de s’adresser quand « nous ne comprenons pas tant de choses, quand nous avons tant de problèmes, tant d’angoisses, tant d’obscurités ». Et il a proposé cette prière : Joseph, « aide-nous, toi qui sais comment marcher dans l’obscurité, toi qui sais comment écouter la voix de Dieu, toi qui sais comment aller de l’avant dans le silence ».

C’est précisément le grand témoignage de Joseph qui a été proposé par le Pape, dans toute sa force et son actualité, au cours de la Messe célébrée dans la matinée du lundi 18 décembre à Sainte-Marthe. « Ainsi fut engendré Jésus Christ », en répétant l’incipit du passage évangélique de Matthieu (1, 18-24). « Quand Marie revint de la maison d’Elisabeth, les premiers signes de la maternité commençaient à être visibles ». Et « Joseph s’en aperçut, et il ne comprenait pas : mais comme il l’aimait tant et il savait que c’était une femme de Dieu, il ne trouvait pas de réponse à ses pensées ».

C’est sur la « douleur de Joseph que le Pape a concentré son attention ». « Dans cette douleur, ce doute, cette souffrance – a affirmé le Pape – Joseph ne veut pas chasser Marie et décide de la laisser en silence ». En somme, il choisit de « ne pas l’accuser publiquement parce qu’il savait ».

Mais précisément « parmi ses doutes, sa douleur, le Seigneur intervint dans un rêve ». Et Joseph obéit : il crut et obéit ». Les paroles de l’ange du Seigneur sont claires : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre Marie, ton épouse avec toi. En effet, l’enfant qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint ».

Alors que Joseph vivait cette forte expérience, a souligné le Pape, « au marché, on parlait : ces commérages qui ont continué, continué jusqu’à ce blasphème, qui est pour moi le plus méchant, le plus fort contre le Seigneur, que disent les pharisiens, que Jean apprend dans le chapitre 6 ».

« Au contraire, Joseph luttait à l’intérieur », a expliqué François. Et « dans cette lutte », voici « la voix de Dieu qui lui dit : "lève-toi !". "Lève-toi, prends Marie, amène-la chez toi, prends en charge sa situation" ». En substance, Joseph « devait assumer deux choses, la paternité et le mystère ». Joseph a assumé une paternité qui n’était pas la sienne : elle venait du Père ». Et « il a mené de l’avant la paternité avec ce que cela signifie : non seulement soutenir Marie et l’enfant, mais également éduquer l’enfant, lui enseigner le travail, le conduire à devenir un homme mûr ». Joseph a donc assumé « la paternité qui n’était pas la sienne, mais qui était de Dieu, sans dire un mot : l’homme du silence, de l’obéissance silencieuse ».

La seconde chose que Joseph a assumée est « le mystère ». Le « grand mystère qui commence à partir de là est de reconduire le peuple à Dieu ». C’était re-conduire, le mystère de la re-création, qui, comme le dit la liturgie, est plus merveilleuse que la création ».

« De cet homme qui a assumé la paternité et le mystère, on dit que c’était l’ombre du Père, l’ombre de Dieu le Père ». Et « si Jésus a appris à dire "papa", "père", à son Père qu’il connaissait comme Dieu, il l’a appris de la vie, du témoignage de Joseph : l’homme qui est le gardien, l’homme qui éduque, l’homme qui porte de l’avant chaque paternité et chaque mystère, mais qui ne prend rien pour lui. Rien ».

Que « son exemple nous enseigne de nombreuses choses, nous donne le courage de nous tourner vers lui quand nous ne comprenons pas tant de choses, quand nous avons tant de problèmes, tant d’angoisses, tant d’obscurités, et lui dire simplement : "Aide-nous, toi qui sais comment marcher dans l’obscurité, toi qui sais comment écouter la voix de Dieu, toi qui sais comment aller de l’avant dans le silence" ».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

26 avril 2018

NOUVELLES SUR LE THÈME