Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

L'héroïsme quotidien

· Sur le numéro de juillet du mensuel « Femmes Eglise monde » ·

Nous présentons l'éditorial du prochain numéro du mensuel « Femmes Eglise monde », publié avec l'édition quotidienne italienne en date du 1er-2 juillet.

L'héroïsme quotidien est une vertu presque exclusivement féminine et c'est la vertu dont les religieuses sont le plus riches. Lisez l'entretien avec sœur Alessandra Fumagalli qui dirige l'hôpital italien de Karak, à cent soixante kilomètres d'Amman dans la région la plus pauvre du pays. Un hôpital qui existe depuis plus de soixante-dix ans grâce au zèle des comboniens, dans lequel on soigne les malades, mais où l'on fait encore plus: on protège les femmes particulièrement fragiles dans une culture archaïque comme celle des Bédouins, on cultive le dialogue avec les musulmans, on témoigne de la foi dans la relation quotidienne avec l'autre. Nous nous sommes souvent demandé, au cours de notre travail, comment atteindre ces actrices de l'héroïsme quotidien, ces femmes qui n'ont d'autre objectif que de donner et témoigner. Sœur Alessandra Fumagalli est certainement l'une d'entre elles. Nous savons qu'il y en a beaucoup d'autres dans des terres lointaines, dans les hôpitaux, dans les écoles, parmi les personnes âgées, parmi les femmes maltraitées où le travail est dur et leur foi n'est pas facilement acceptée. Nous voudrions entendre beaucoup d'autres voix parce que nous sommes certaines qu'elles ont beaucoup à enseigner aux croyants et aux non croyants. Aujourd'hui, l'espérance que le Pape François sache les reconnaître et reconnaître leur don plus que l'Eglise ne l'a fait par le passé, est forte. Lui, qui vient d'un pays « au bout du monde » peut, sans doute plus que d'autres, comprendre ceux qui, au bout de ce monde, sont restés pour continuer dans le don. Il s'agit avant tout de femmes, travailleuses infatigables, organisatrices parfaites et missionnaires résistant aux difficultés, témoins de la foi et protagonistes du dialogue. Ce sont elles qui témoignent dans le quotidien, souvent sans aucune reconnaissance, de ce Dieu « qui aime comme une mère » que le Pape François a voulu rappeler à l'Angelus du 11 juin dernier. Ce sont les mères non seulement de ceux qui sont en difficulté, de ceux qui sont malades et qui souffrent, mais également de ceux qui sont « autres » qu'elles. L'étendue infinie de leur amour constitue leur témoignage de foi.

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

18 août 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME