Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

L'espérance est l'air que respire le chrétien

· ​Messe à Sainte-Marthe ·

L'espérance est comme jeter l'ancre sur l'autre rive. Le Pape François a utilisé cette image lors de la Messe du mardi 29 octobre, à la Maison Sainte-Marthe, pour exhorter à vivre «en tension» vers la rencontre avec le Seigneur, autrement on finit corrompu et la vie chrétienne risque de devenir une «doctrine philosophique».

La réflexion est partie de la première lecture de la liturgie du jour, tirée d'une lettre de saint Paul aux Romains (Rm 8, 18-25), dans laquelle l'apôtre «chante un hymne à l'espérance».

«L'espérance est cette manière de vivre en tension, toujours; savoir que nous ne pouvons pas faire notre nid ici: la vie du chrétien est “en tension vers”». «Si un chrétien perd cette perspective, sa vie devient statique et les chosent qui ne bougent pas se corrompent. Pensons à l'eau: quand l'eau est immobile, qu'elle ne s'écoule pas, qu'elle ne bouge pas, elle se corrompt. Il manque quelque chose à un chrétien qui n'est pas capable d'être tendu, d'être en tension vers l'autre rive: il finira corrompu. Pour lui, la vie chrétienne sera une doctrine philosophique, il la vivra ainsi ; il dira que c'est la foi, mais sans espérance, cela ne l'est pas».

Le Pape François a ensuite remarqué qu'il est «difficile de comprendre l'espérance». Si nous parlons de la foi, nous faisons référence à la «foi en Dieu qui nous a créés, en Jésus qui nous a rachetés et au fait de réciter le Credo et nous savons des choses concrètes de la foi»; si nous parlons de la charité, cela concerne «faire du bien à son prochain, aux autres», les nombreuses œuvres de charité que l'on fait aux autres. Mais il est difficile de comprendre l'espérance: «C'est la plus humble des vertus» que «seuls les pauvres peuvent avoir».

«Et si nous voulons être des hommes et des femmes d'espérance, nous devons être pauvres, pauvres, n'être attachés à rien. Pauvres. Et ouverts vers l'autre rive», a expliqué le Pape, en rappelant que «l'espérance est humble, et c'est une vertu que l'on doit travailler tous les jours: il faut la reprendre tous les jours ; tous les jours, il faut prendre la corde et voir que l'ancre est fixée là et que je la tiens à la main; tous les jours, il est nécessaire de se rappeler que nous avons les arrhes, qui sont l'Esprit qui travaille en nous avec de petites choses».

Pour faire comprendre comment vit l'espérance, le Pape a ensuite fait référence à l'enseignement de Jésus dans le passage de l'Evangile du jour (Luc 13, 18-21), quand il compare le royaume de Dieu au grain de sénevé jeté dans le champs. «Nous attendons qu'il grandisse», nous n'allons pas voir tous les jours comment il va, car autrement «il ne grandira jamais». Comme le dit Paul, «l'espérance a besoin de patience». C'est «la patience de savoir que c'est nous qui semons, mais que c'est Dieu qui donne la croissance. L'espérance est artisanale, petite».

Il n'est pas facile de vivre dans l'espérance, mais je dirais que ce devrait être l'air que respire un chrétien, un air d'espérance. Si tu espères, tu ne seras pas déçu. Il faut s'ouvrir à cette promesse du Seigneur, être tendus vers cette promesse, mais en sachant qu'il y a l'Esprit qui travaille en nous».

Debora Donnini

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

14 novembre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME