Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

​Les pauvres au centre

· ​Entretien avec l’archevêque de Manille ·

Le Pape François «a vraiment placé au centre de sa visite pastorale aux Philippines les personnes pauvres, souffrantes, oubliées et sans défense». Au point que le cardinal Luis Antonio G. Tagle, archevêque de Manille, est «optimiste à l’égard des nouvelles énergies que son message, ses appels et ses gestes peuvent susciter, se traduisant en une plus grande action pour les pauvres». C’est ainsi que le prélat s’est exprimé au lendemain du voyage pontifical en Asie, qui s’est conclu par la célébration au Rizal park, littéralement envahi par une foule océanique de fidèles.

Traçant pour notre journal un bilan de la visite, il explique que «l’Eglise aux Philippines est peut-être l’institution nationale la mieux organisée quand il s’agit de répondre aux besoins des pauvres dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la nourriture, de la subsistance et de la réponse aux catastrophes naturelles». Mais, fait-il remarquer, «les besoins sont grands et l’Eglise doit donc redoubler ses efforts, en collaborant avec les agences gouvernementales, le secteur de l’entreprise, les organisations civiques et les citoyens communs de bonne volonté».

D’où une série d’attentes exprimées par l’archevêque de Manille: «J’aimerais voir l’engagement d’académiciens et d’intellectuels dans la recherche des racines de l’inégalité sociale et proposer des changements structurels. J’aimerais également voir les grandes entreprises et les sociétés réexaminer la manière dont leur activité peut promouvoir le développement social et pas seulement le profit. J’aimerais voir un plus grand accès des pauvres aux ressources éducatives, médicales et spirituelles. Enfin, j’aimerais voir les pauvres traités non seulement comme les bénéficiaires de la gentillesse d’autrui, mais également comme des agents actifs de leur propre développement personnel, ainsi que social, à travers un système de consultation qui leur permette d’être écoutés et de participer».

Gianluca Biccini

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

20 octobre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME