Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

L’Eglise n’est pas un supermarché

· ​Messe à Sainte-Marthe ·

Des « Eglises de service, églises gratuites, comme le salut a été gratuit, et non pas des "églises de supermarché" » : c’est à travers des paroles claires que le Pape a reproposé l’actualité du geste de Jésus de chasser les marchands du temple. Et « vigilance, service et gratuité » sont les trois mots-clés qu’il a relancées lors de la Messe célébrée vendredi 24 novembre à Sainte-Marthe.

« Les deux lectures de la liturgie d’aujourd’hui nous parlent de la purification du temple ». Le Pape est parti du passage du premier livre des Maccabées (4, 36-37.52-59). On lit en effet dans le texte biblique qu’« une grande joie régna parmi le peuple et l'opprobre infligé par les païens fut effacé ». Donc, « le peuple retrouve sa loi, retrouve son être ; le temple devient, une fois de plus, le lieu de la rencontre avec Dieu ».

« Jésus fait la même chose quand il chasse ceux qui vendaient dans le temple : il purifie le temple ». Ce faisant, le Seigneur fait du temple « ce qu’il doit être : pur, uniquement pour Dieu et pour le peuple qui va prier ». Mais, pour notre part, « comment purifier le temple de Dieu ? ». La réponse réside dans « trois mots : vigilance, service, gratuité ».

« Vigilance » : le temple plus important de Dieu est notre cœur, notre âme ». Au point que, a souligné le Pape, saint Paul nous dit : « Vous êtes le temple de l’Esprit Saint ». Donc, a relancé François, « en vous habite l’Esprit Saint ».

Le Pape a proposé un examen de conscience : « Que se passe-t-il dans mon cœur ? Comment est-ce que je me comporte avec l’Esprit Saint ? Ai-je appris à être vigilant en moi, afin que le temple de mon cœur ne soit que pour l’Esprit Saint ? ». D’où l’importance de « purifier le temple, le temple intérieur, et de veiller ». Il s’agit donc de « veiller : être attentif à ce qui a lieu dans notre temple, en nous ».

Le « second mot est service ». « Jésus nous fait comprendre qu’il est présent de façon spéciale dans le temple de ceux qui ont besoin ». Et « il le dit clairement : il est présent dans les malades, ceux qui souffrent, ceux qui ont faim, les détenus, il est présent là ». François suggère certaines questions à se poser : « Est-ce que je prends soin de mon temple avec mon service ? Est-ce que je m’approche pour aider, pour vêtir, pour consoler ceux qui ont besoin ? ».

« Saint Jean Chrysostome réprimandait ceux qui faisaient de nombreuses offrandes pour orner, pour embellir le temple physique et ne prenaient pas soin des personnes dans le besoin : il les réprimandait et disait : "Non, cela ne va pas bien, d’abord le service, puis les ornements" ».

En somme, nous sommes appelés à « purifier le temple que sont les autres ». Et pour bien le faire, il faut nous demander : « Comment est-ce que j’aide à purifier ce temple ? ». La réponse est simple : « Avec le service, avec le service aux personnes dans le besoin ». Donc, « si tu gardes ce temple qu’est le malade, le détenu, celui qui est dans le besoin et celui qui a faim, ton cœur aussi sera plus semblable à celui de Jésus ».

Et « le troisième mot est gratuité ». Dans le passage de l’Evangile, Jésus dit : « Ma maison sera une maison de prière. Vous en revanche en avez fait un repère de brigands ». « Combien de fois entrons-nous avec tristesse dans un temple et nous ne savons pas si nous sommes dans la maison de Dieu ou dans un supermarché : il y a les commerces, et il y a aussi la liste des prix pour les sacrements » et il « manque la gratuité ».

Mais Dieu nous a sauvés gratuitement, il ne nous a rien fait payé », a insisté le Pape, en invitant à aider « afin que nos églises, nos paroisses, ne soient pas un supermarché ». Certes, on pourra objecter que « nous devons avoir de l’argent pour conserver la structure et nous devons aussi avoir de l’argent pour donner à manger aux prêtres, aux catéchistes ». La réponse du Pape est claire : « Toi, donne avec gratuité et Dieu fera le reste, Dieu fera ce qu’il manque ».

« Préserver le temple signifie : vigilance, service et gratuité ». « Vigilance dans le temple de notre cœur », « service aux personnes dans le besoin, à ceux qui ont faim, aux malades, aux détenus, à ceux qui sont dans le besoin parce c’est là qu’est le Christ » et « gratuité dans le service que l’on donne dans nos églises ».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

25 avril 2018

NOUVELLES SUR LE THÈME