Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

L'Eglise en Belgique et la protection des enfants

· La commission interdiocésaine instituée par la Conférence épiscopale entre en fonction ·

Depuis quelques jours est entrée en fonction en Belgique la commission interdiocésaine pour la protection des enfants et des jeunes, voulue par la Conférence épiscopale. En  janvier dernier, avec la publication du document « Une souffrance cachée. Vers une approche globale des abus sexuels dans l'Eglise », était lancé le travail « de reconnaissance et de réparation – lit-on dans un communiqué de la Conférence épiscopale – à l'égard des victimes des abus sexuels dans un contexte ecclésial ou pastoral ». Le document –  de 52 pages, publié par les Editions Licap – « veut être la réponse des évêques de Belgique et des supérieurs des religieux de Belgique aux cas d'abus sexuels commis de la part du clergé. Un document fort et touchant qui contient également les instruments mis en acte pour atteindre certains objectifs, comme la volonté d'être aux côtés des victimes; rompre le silence; coopérer pour la reconnaissance et la réparation; ne pas laisser impunis ceux qui se rendent coupables d'abus, et assurer la prévention à l'avenir.

Au cours des derniers mois, les dix centres de contact pour les victimes sont également devenus opérationnels et la procédure d'arbitrage proposée par la commission parlementaire a été mise en fonction. Les victimes d'abus peuvent soumettre leur demande de reconnaissance, de réparation et de dédommagement économique auprès des points de contact ou des centres d'arbitrage. La nouvelle commission possède de multiples fonctions. En particulier, soutenir les dix centres de contact locaux; recueillir les lignes de conduite déjà en usage en vue d'améliorer la prévention  des abus ou des comportements transgressifs; garantir une liaison efficace entre les responsables ecclésiaux et les structures sociales qui œuvrent dans le cadre des abus et de la prévention; rédiger un rapport annuel sur les plaintes présentées aux centres de contact et sur les suites données dans chaque cas.

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

17 octobre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME