Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Le scandale de la faim

· Le Pape condamne l’indifférence du monde et les logiques spéculatives qui engendrent la pauvreté ·

Un appel à mettre un terme aux violences et aux discriminations en Syrie et en Terre Sainte

La dénonciation du Pape est forte: l’abondance de la production totale de nourriture est telle qu’elle consentirait de donner à manger à tous les hommes. Et pourtant, encore aujourd’hui des millions de personnes souffrent et meurent de faim. Cela est « un véritable scandale », qui a lieu dans l’indifférence la plus absolue et au nom de  logiques spéculatives qui engendrent la pauvreté.

En s’adressant jeudi matin, 20 juin, aux participants à la trente-huitième conférence de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), reçus en audience dans la Salle Clémentine, le Pape a énuméré ceux qui, de diverses manières, se rendent responsables de ce scandale : ceux qui utilisent la « spéculation financière » comme facteur de conditionnement du « prix des aliments » ; ceux qui ont fait des promesses aux pauvres et  ne les ont pas maintenues ; ceux qui provoquent « le déracinement de personnes, familles et communautés de leur milieu », l’un des effets les plus inquiétants des graves crises alimentaires, des « catastrophes naturelles » et des « conflits sanglants».

« C’est un cadre qui impose d’entreprendre une œuvre consciente et sérieuse de reconstruction qui touche aussi la FAO », a averti le Pape en référence « à la réforme engagée pour garantir une gestion plus fonctionnelle, transparente et équitable » de l’agence de l’ONU. Selon le Pape « toute vraie réforme consiste à acquérir une majeure conscience de la responsabilité de chacun, en reconnaissant que son destin est lié à celui des autres ».

Peu après, en recevant les membres de la Réunion des Œuvres d’aide aux Eglises orientales (ROACO), le Pape François a adressé un nouvel appel afin que l’on mette fin à toute violence et discrimination en Syrie et dans toute la Terre Sainte. « Que le conflit qui sème la mort – a-t-il dit – laisse place à la rencontre et à la réconciliation qui apporte la vie ». Enfin, il a exhorté tous ceux qui sont dans la souffrance à ne jamais perdre l’espérance.

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

21 octobre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME