Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Le jour de la racine

· ​Messe à Sainte-Marthe ·

L’irruption surprenante, décisive et révolutionnaire de Dieu dans l’histoire « renverse » tout, au point qu’il « est difficile » de trouver les mots justes pour une prédication. Et ainsi, le Pape – en célébrant la Messe le jeudi 20 décembre à Sainte-Marthe – a suggéré de relire « mot après mot » le passage évangélique de Luc qui raconte précisément l’annonciation. Une proposition spirituelle forte et concrète pour vivre sérieusement Noël.

« Le passage de l’Evangile de Luc que nous avons entendu (1, 26-38) – nous raconte le moment décisif de l’histoire, celui pour ainsi dire le plus révolutionnaire ». Et en effet, « c’est une situation frénétique, tout change, l’histoire est transformée ».

Pour cette raison, « il est difficile de prêcher sur ce passage et quand, à Noël ou le jour de l’Annonciation, nous professons la foi pour dire ce mystère, nous nous mettons à genoux ». Cela « est le moment où tout change, tout, de la racine : sur le plan liturgique, aujourd’hui est le jour de la racine ». Au point que « l’antienne qui marque aujourd’hui le sens est la racine de Jessé, dont naîtra "une semence" ». C’est Dieu qui « s’abaisse, Dieu entre dans l’histoire et il le fait avec son style original : une surprise ». Et ainsi, « le Dieu des surprises nous surprend une fois de plus ».

« Je pense qu’il nous fera du bien à tous, en pensant à ce moment, d’écouter une fois de plus ce passage » : « Pensons, mot après mot, ce qui est arrivé ce jour-là à une jeune fille âgée de seize ans, peut-être, dans un village perdu, là-bas, que personne ne connaissait ».

C’était le « sixième mois de grossesse d’Elisabeth » : « L'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth, à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie. Il entra et lui dit : "Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi". A cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation. Et l'ange lui dit : "Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n'aura pas de fin". Mais Marie dit à l'ange : "Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d'homme ?". L'ange lui répondit : "L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi l'être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu'Élisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile ; car rien n'est impossible à Dieu". Marie dit alors : "Je suis la servante du Seigneur ; qu'il m'advienne selon ta parole !" Et l'ange la quitta ».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

25 août 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME