Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

​Le chrétien est toujours jeune

· Messe à Sainte-Marthe ·

« Ou bien l’on est jeune de cœur, d’âme, ou bien l’on n’est pas pleinement chrétien ». L’homélie de la Messe célébrée par le Pape François à Sainte-Marthe dans la matinée du mardi 28 mai, a été un véritable hymne à la vie, à la vitalité, à la « jeunesse de l’Esprit », qui s’oppose à la dérive lasse de tant de personnes « retraitées » dans leur âme, abattues par les difficultés et par la tristesse parce que « le péché vieillit ». Un vent de joie fondé sur le « grand don que nous a laissé Jésus » : l’Esprit Saint.

Le point de départ de la réflexion du Pape a été le passage évangélique du jour (Jean 16, 5-11), qui rapportait un passage du discours d’adieu aux apôtres au cours de la dernière Cène. En effet, le Seigneur offre à ses amis une véritable « catéchèse sur l’Esprit Saint ».

Le trouble intérieur des apôtres – qui devant le drame de Jésus et l’incertitude sur l’avenir, « commencent à comprendre le drame de la passion » – peut être comparé à la réalité de chaque chrétien. A cet égard, François a rappelé que dans la prière de collecte du jour, « nous avons demandé au Seigneur qu’il maintienne en nous la jeunesse renouvelée de l’esprit », en élevant ainsi une invocation « contre la tristesse dans la prière ». C’est précisément la question : « L’Esprit Saint fait qu’en nous il y ait toujours cette jeunesse, qui se renouvelle chaque jour par sa présence ».

L’Esprit Saint est celui « qui nous accompagne dans la vie, qui nous soutient ». Comme cela est exprimé par le nom que Jésus lui donne : « Paraclet ». En effet, « le mot paraclet signifie : "Celui qui est à côté de moi pour me soutenir" afin que je ne tombe pas, afin que j’aille de l’avant; afin que je conserve cette jeunesse de l’Esprit ». Voilà pourquoi « le chrétien est toujours jeune, toujours. Er quand le cœur du chrétien commence à vieillir, sa vocation de chrétien commence à diminuer. Ou bien l’on est jeune de cœur, d’âme, ou bien l’on n’est pas pleinement chrétien ».

Certains pourraient s’effrayer face aux difficultés et dire : « "Mais comment puis-je... ?" : il y a l’Esprit. L’Esprit t’aidera dans cette jeunesse renouvelée ». Cela ne signifie pas que les douleurs manqueront. Paul et Silas, par exemple, souffrirent beaucoup d’avoir été battus : « le texte dit que le geôlier, en voyant ce miracle, a voulu se convertir et les a conduit chez lui et a soigné leurs blessures avec de l’huile... des blessures graves, profondes... ». Mais malgré la douleur, ils « étaient pleins de joie, ils chantaient... ». Voilà la jeunesse. Une jeunesse qui te fait voir toujours l’espérance ». L’Esprit nous aide à nous repentir, à laisser de côté le péché et à aller de l’avant avec cette joie ».

C’est pourquoi François a exhorté à laisser de côté ce qu’il a défini comme la « tristesse païenne », en expliquant : « Je ne dis pas que la vie est un carnaval : non, cela n’est pas vrai. Dans la vie, il y a des croix, il y a des moments difficiles. Mais dans ces moments difficiles, on sent que l’Esprit nous aide à aller de l’avant, comme pour Paul et Silas, et à surmonter les difficultés. Le martyre également. Parce qu’il y a cette jeunesse renouvelée ».

« Demandons au Seigneur de ne pas perdre cette jeunesse renouvelée, de ne pas être des chrétiens à la retraite qui ont perdu la joie et ne se laissent pas porter de l’avant... Le chrétien ne va jamais à la retraite ; le chrétien vit, il vit parce qu’il est jeune – quand c’est un vrai chrétien ».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

20 septembre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME