Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

La sainteté de chaque jour

· Messe à Sainte-Marthe ·

Le témoignage du chrétien est « 24h sur 24 », parce qu’il « commence le matin quand je me lève jusqu’au soir quand je vais me coucher ». Et c’est un témoignage simple, anonyme, humble, qui ne prétend pas de reconnaissances ni de mérites. Le Pape François a relancé l’image évangélique efficace qui exhorte à être sel et lumière pour les autres, dans la Messe célébrée dans la matinée du mardi 12 juin à Sainte-Marthe.

Le Pape a proposé « uniquement une réflexion qui peut nous faire du bien sur notre témoignage », en se référant au passage évangélique de Matthieu (5, 13-16). « Le témoignage le plus grand du chrétien est de donner sa vie comme l’a fait Jésus, devenir un martyr, martyr et témoin ». Mais « il y a également un autre témoignage : celui de tous les jours, un témoignage qui commence le matin quand je me lève jusqu’au soir quand je vais me coucher ; le témoignage quotidien, le simple témoignage habituel ».

« Le Seigneur dit que ce témoignage signifie faire comme le sel et comme la lumière, c’est-à-dire que nous devenons sel et lumière ». En réalité, « cela semble peu de chose, parce que le Seigneur avec peu de choses fait des miracles, il fait des merveilles ».

Voilà pourquoi « le chrétien doit avoir cette attitude d’humilité : uniquement chercher à être sel et lumière ». Etre donc, « sel pour les autres, lumière pour les autres, parce que le sel ne donne pas de goût à lui-même », mais il est « toujours au service ». Et ainsi, de même, « la lumière ne s’illumine pas elle-même » dans la mesure où elle est « toujours au service ».

« Sel pour les autres », donc, est la mission du chrétien : « Petit sel qui aide aux repas, mais petit ». Du reste, « au supermarché, le sel ne se vend pas par tonnes », mais « en petits sachets : c’est suffisant ». Puis, « le sel ne se vante pas lui-même parce qu’il ne sert pas lui-même : il est toujours là pour aider les autres, aider à conserver les choses, à donner du goût aux choses ». Un « simple témoignage ».

« La lumière ne s’illumine pas elle-même : non, la lumière illumine les autres, elle est pour les autres, elle est pour les gens, elle est pour nous aider dans les heures de nuit, d’obscurité ». C’est précisément cela le style d’« être chrétien de chaque jour ». Voilà alors que « le Seigneur nous dit : "Tu es le sel, tu es la lumière" – "Ah c’est vrai ! Le Seigneur est ainsi, j’attirerai beaucoup de gens à l’église et je ferai..." – "Non, ainsi tu feras en sorte que les autres voient et glorifient le Père. Et aucun mérite ne te sera non plus attribué" ».

« C’est une dimension qui fait que nous chrétiens sommes anonymes dans la vie ». En effet, « nous ne sommes pas protagonistes de nos mérites, comme ce pharisien : "Je te remercie Seigneur parce que je suis un saint" ». « Une belle prière pour nous tous, à la fin de la journée, serait de nous demander : est-ce que j’ai été sel aujourd’hui ? Est-ce que j’ai été lumière ? ». Précisément « cela est la sainteté de tous les jours ». « Que le Seigneur nous aide à comprendre cela ».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

18 juillet 2018

NOUVELLES SUR LE THÈME