Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

La logique de la gratuité

· Message du Pape François au symposium du dicastère pour les religieux ·

Témoigner et vivre le principe de gratuité et la logique du don, pour s’opposer à une économie de l’exclusion et de l’iniquité. Le Pape François n’a aucun doute: « Face à la précarité dans laquelle vivent la majorité des hommes et des femmes de notre temps, ainsi que face aux fragilités spirituelles et morales de tant de personnes, en particulier les jeunes, en tant que communauté chrétienne nous nous sentons interpellés ».

Il est donc d’une importance fondamentale de veiller afin que les biens ecclésiastiques des Instituts de vie consacrée et des sociétés de vie apostolique « soient administrés avec circonspection et transparence, qu’ils soient protégés et préservés, en alliant la dimension charismatique et spirituelle prioritaire à la dimension économique et à l’efficacité, qui trouve son humus dans la tradition administrative des Instituts qui ne tolère pas les gaspillages et est attentive au bon usage des ressources ».

C’est ce que souligne le Pape François dans le message adressé au cardinal João Braz de Aviz, préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, à l’occasion du symposium international organisé à l’Antonianum de Rome, au cours duquel est traitée précisément la question de la gestion des biens ecclésiastiques de ces Instituts.

Le Pape, après avoir cité Paul VI, son rappel « à une nouvelle et authentique mentalité chrétienne » et à un « nouveau style de vie ecclésial », invite avant tout à la sobriété, la première expression de « solidarité amoureuse », de « partage et de charité ». Et il met en garde contre les idoles matérielles « qui affaiblissent le sens authentique de la vie ». Une « pauvreté théorique », souligne encore le Pape François, ne sert à rien; au contraire, ce qui sert est la « pauvreté que l’on apprend en touchant la chair du Christ pauvre, chez les humbles, les pauvres, les malades, les enfants ».

« Soyez encore aujourd’hui, pour l’Eglise et le monde – telle est son exhortation finale – aux avant-postes de l’attention à tous les pauvres et à toutes les pauvretés, matérielles, morales et spirituelles, pour surmonter tout égoïsme dans la logique de l’Evangile qui enseigne à avoir confiance dans la Providence de Dieu ».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

13 décembre 2017

NOUVELLES SUR LE THÈME