Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

La fête de la Parole

· ​Messe à Sainte-Marthe ·

Ouvrir notre cœur à la rencontre avec la Parole de Dieu qui nous rend joyeux. C'est l'exhortation que, jeudi matin 3 octobre, le Pape François a adressée dans son homélie de la Messe à la Maison Sainte-Marthe. Le Pape a donc invité à écouter avec attention, sans laisser entrer la Parole par une oreille et ressortir par l'autre. Sa réflexion s'est déroulée à partir de la première lecture de la liturgie, tirée du Livre de Néhémie (8, 1-4a.5-6.7b-12). C'est l'«histoire de la rencontre du peuple de Dieu avec la Parole de Dieu. C'est entièrement une histoire de reconstruction».

La référence se rapporte au contexte dans lequel se déroule l'histoire racontée: la reconstruction du Temple et le retour de l'exil. Néhémie, le gouverneur, parle avec le prêtre et scribe Esdras pour «introniser» la Parole de Dieu: tout le peuple se rassembla sur la place devant la Porte des Eaux.

«Néhémie, qui était le gouverneur, Esdras, prêtre et scribe, et les lévites qui enseignaient au peuple dirent à tout le peuple: “Ce jour est consacré au Seigneur”. Pour nous c'est le dimanche», «le dimanche est le jour de la rencontre du peuple avec le Seigneur, le jour de la rencontre de ma famille avec le Seigneur. Le jour de ma rencontre avec le Seigneur, c'est un jour de rencontre. “Ce jour est consacré au Seigneur”». C'est pourquoi, Néhémie, Esdras et les lévites exhortaient à ne pas prendre le deuil et à ne pas pleurer.

Le Pape a ensuite posé quelques questions: «Quand nous entendons la Parole de Dieu que se passe-t-il dans notre cœur? Suis-je attentif à la Parole de Dieu? Est-ce que je la laisse toucher mon cœur ou est-ce que je suis entrain de regarder le plafond, en pensant à d'autres choses et la Parole m'entre par une oreille et ressort par l'autre, elle n'arrive pas à mon cœur?». «Et quand la Parole arrive au cœur, il y a des pleurs de joie et c'est la fête. On ne comprend pas la fête du dimanche sans la Parole de Dieu, on ne la comprend pas».

Le Pape François est ensuite revenu sur le message de la liturgie en rappelant que la tristesse, en revanche, n'est pas notre force. «La Parole de Dieu nous rend joyeux, la rencontre avec la Parole de Dieu nous remplit de joie et cette joie est ma force, est notre force. Les chrétiens sont joyeux parce qu'ils ont accepté, ils ont reçu dans leur cœur la Parole de Dieu et il rencontrent sans cesse la Parole, ils la cherchent. C'est le message d'aujourd'hui, pour nous tous», a-t-il encore affirmé, en exhortant à «un bref examen de conscience: Comment est-ce que j'écoute la Parole de Dieu? Ou bien tout simplement je ne l'écoute pas? Comment est-ce que je rencontre le Seigneur dans sa Parole qui est la Bible? Et ensuite: est-ce que je suis convaincu que la joie du Seigneur est ma force? La tristesse n'est pas notre force».

«Les cœurs tristes» sont immédiatement abattu par le diable, alors que le joie du Seigneur «nous fait nous lever, regarder et chanter et pleurer de joie». L'un des psaumes dit qu'au moment de la libération de Babylone, le peuple juif croyait rêver : il ne pouvait pas y croire. La même expérience a lieu «quand nous rencontrons le Seigneur dans sa Parole», quand nous pensons: «Mais c’est un rêve...», et «nous ne pouvons pas croire à tant de beauté». «Que le Seigneur nous donne à tous la grâce d'ouvrir notre cœur pour cette rencontre avec sa Parole et de ne pas avoir peur de la joie, de ne pas avoir peur de faire la fête de la joie».

Debora Donnini

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

23 octobre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME