Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Il n’y a pas de justification

· ​Nouvelle attaque féroce d’origine djiadhiste provoque presque cent-trente morts à Paris. Le Pape François se dit peiné et proche du peuple français ·

«Cela n’est pas humain». C’est ainsi que le Pape François, interpellé au téléphone par Lucio Brunelli, directeur de la chaîne Tv2000, s’est exprimé aujourd’hui, 14 novembre, à propos des attaques djihadistes qui ont ensanglanté Paris hier. «Je suis ému et peiné — a-t-il dit — et je ne comprends pas, mais ces choses sont difficiles à comprendre, faites par des êtres humains; et c’est pour cela que je suis ému et peiné et que je prie. Je suis très proche du peuple français, tant aimé, je suis proche des familles des victimes et je prie pour eux tous».

Le Pape a défini les massacres dans la capitale française «un morceau» de cette “troisième guerre mondiale en morceaux” dont il a déjà parlé plusieurs fois, ajoutant qu’ «il n’y a pas de justification pour ces choses». Et reprenant un point souligné par le journaliste, il a réaffirmé qu’il ne peut y avoir de justification «ni religieuse ni humaine». C’est pourquoi — a-t-il conclu — «je suis proche de tous ceux qui souffrent et de toute la France, que j’aime tant».

Auparavant, le douleur du Pape pour ces événements avait été exprimée dans un télégramme, signé par le cardinal Pietro Parolin, envoyé au cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris. Le Pape François, y lit-on, «s’unit dans la prière aux souffrances des familles touchées» et il exprime «à ceux qui ont participé aux secours sa proximité spirituelle».Le Pape «condamne encore une fois avec fermeté la violence, qui ne peut rien résoudre, et il demande à Dieu d’inspirer à tous des pensées de paix et de solidarité».

Dans les six attaques terroristes simultanées qui ont frappé Paris, 128 personnes ont été tuées — selon le dernier bulletin officiel qui continue hélas à varier d’heure en heure — et plus de deux cent cinquante autres personnes ont été blessées. Des chiffres terribles qui font de cet attentat multiple le plus grand qui a jamais eu lieu en France. Le président François Hollande, qui a proclamé trois jours de deuil national, a parlé d’un «acte de barbarie absolue», un «acte de guerre commis par une armée djiadhiste contre les valeurs que nous défendons et ce que nous sommes: un pays libre». La solidarité avec le peuple français si durement frappé a été exprimée par les dirigeants politiques du monde entier et par les représentants de toutes les confessions religieuses.

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

19 août 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME