Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Il a construit la paix

· Paroles du Pape pour la béatification de Mgr Romero ·

« Monseigneur Romero a construit la paix avec la force de l’amour », témoignant « la foi avec sa vie jusqu’au bout ». Tel est le profil spirituel tracé par le Pape François à l’occasion de la béatification de l’archevêque assassiné en 1980 tandis qu’il célébrait la Messe. Samedi 23 mai, à San Salvador, le rite a été présidé au nom du Souverain Pontife par son représentant, le cardinal Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints.

Mais le Pape a voulu s’unir aux centaines de milliers de fidèles présents au rite également à travers une lettre envoyée à l’actuel successeur de Mgr Romero, Mgr Escobar Alas, dans laquelle il rappelle l’attention privilégiée du nouveau bienheureux pour les derniers du Salvador. « Dans ce beau pays d’Amérique centrale, baigné par l’Océan pacifique, le Seigneur a accordé un évêque zélé », écrit François. En effet, « à une époque de coexistence difficile, il a su guider, défendre et protéger son troupeau, en demeurant fidèle à l’Evangile et en communion avec toute l’Eglise », en s’engageant en particulier pour les pauvres et les marginalisés. Voilà pourquoi la béatification constitue une « fête pour la Nation salvadorienne, et aussi pour les pays frères d’Amérique latine ».

En actualisant ensuite le témoignage du nouveau bienheureux, le Pape a souligné que sa voix continue « de retentir aujourd’hui pour nous rappeler que l’Eglise est famille de Dieu, où il ne peut plus y avoir de division » et que « la foi en Jésus, correctement entendue et assumée jusqu’à ses conséquences ultimes, engendre des artisans de paix et de solidarité ». D’où l’exhortation à « ceux dont Mgr Romero est l’ami dans la foi », l’invoquant « comme protecteur et intercesseur », afin qu’ils « trouvent en lui la force et le courage » d'œuvrer « en vue d’un ordre social plus équitable et digne ». Au contraire, « le moment est propice pour une véritable réconciliation nationale ». Et le Pape veut participer aux espérances des Salvadoriens, en s’unissant à leurs prières, « afin que germe la semence du martyre » de Mgr Romero et que « se renforcent dans les authentiques chemins les fils et les filles de cette nation » qui porte « le nom du divin Sauveur ».

Pour sa part, le cardinal Amato a souligné que le martyre Romero est « lumière des nations ». En effet, « si ses persécuteurs ont disparu dans l’ombre de l’oubli et de la mort – a-t-il souligné au cours du rite – la mémoire de Romero continue à apporter un réconfort à tous les laissés pour compte ».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

16 octobre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME