Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Humbles et libres de la vaine gloire du monde

· La rencontre de Benoît XVI avec le clergé du diocèse de Rome ·

L’humilité naît du réalisme chrétien, qui exige la capacité de s’accepter soi-même, avec nos propres limites et nos petitesses, pour se libérer de l’esclavage de la vaine gloire du monde. C’est ce qu’a rappelé le Pape aux prêtres de Rome au cours de la traditionnelle rencontre au début du carême qui s’est déroulée dans la matinée du jeudi 23 février dans la salle Paul VI.

Au cours de la lectio divina centrée sur un passage de l’épître aux Ephésiens (4, 1-16) Benoît XVI a reproposé au clergé de son diocèse l’invitation de saint Paul à se comporter «d’une façon digne de l’appel» reçu. Le manque de vocations — a-t-il constaté — est aujourd’hui la grande souffrance de l’Eglise en Occident. A l’origine de celle-ci, selon le Pape, on trouve surtout le manque de disponibilité à écouter la voix du Seigneur. D’où la nécessité de redécouvrir des vertus comme l’humilité, la mansuétude, la magnanimité, pour construire ensemble le «nous» de l’Eglise en chemin sur les routes du monde.

Le Pape a mis l’accent surtout sur la nécessité de ne pas céder à la tentation de l’orgueil, racine de tout péché et terrain sur lequel s’enracinent l’arrogance et la volonté de puissance. Il faut accepter ses propres limites et les humiliations quotidiennes, qui sont salutaires parce qu’elles enseignent à être libres. Dans l’Eglise également — a-t-il rappelé — le moindre petit service peut être grand aux yeux de Dieu s’il est accompli dans cet esprit.

Par dessus tout — a-t-il ajouté — on ne peut pas accepter les autres sans s’accepter soi-même. Et on ne peut pas s’accepter soi-même sans l’humilité de qui reconnaît dans sa propre petitesse le fruit d’une pensée de Dieu irremplaçable dans la construction du monde. C’est aussi pour cette raison que doit être bannie de la vie du chrétien toute attitude de prévarication ou de violence à l’égard des autres: tout homme, en effet, est un tasseau de la beauté de la symphonie de Dieu, qui se manifeste dans l’unité de son Eglise.

Aux prêtres romains, le Souverain Pontife a aussi recommandé un supplément d’énergies dans l’annonce des contenus de la foi, en dénonçant l’analphabétisme religieux qui afflige aujourd’hui une grande partie du monde chrétien et en invoquant un renouvellement catéchistique en mesure de faire connaître la vérité à tous les hommes. Il faut que les croyants passent d’un état de jeunesse spirituelle à un état de foi adulte: non pas en  s’émancipant du magistère, comme le voudraient certains, mais en se libérant de la dictature des opinions dominantes et en répondant avec conviction aux défis de notre temps. Benoît XVI, enfin, a rappelé  l’actualité du célibat sacerdotal, qui conserve sa valeur de signe eschatologique de la fidélité au Seigneur.

Outre le cardinal-vicaire Vallini — qui a adressé au Pape un hommage au nom des personnes présentes — ont entre autres participé à la rencontre S.Exc. Mgr Iannone, archevêque vice-gérant, les évêques auxiliaires NN.SS. Schiavon, Tuzia, Di Tora, Marciante, Zuppi et Leuzzi,  et Mgr Mancini, prélat secrétaire du Vicariat. Le Pape est arrivé dans la salle Paul VI accompagné par S.Exc. Mgr Harvey, archevêque-préfet de la Maison pontificale, et par Mgr Gänswein, secrétaire particulier, et Mgr Xuereb, du secrétariat particulier.

Au terme de la rencontre, le Pape a offert aux prêtres responsables des préfectures l’ouvrage Scelto da Dio per gli uomini [Choisi par Dieu pour les hommes] (Edizioni Paoline, Milan, 2011, 130 pp.) avec une  présentation du cardinal Vallini, qui propose une règle de vie pour les prêtres. Le livre porte une dédicace de Benoît XVI en date du 9 novembre 2011, jour de la consécration de la basilique du Latran. «A mes prêtres de Rome — peut-on lire — avec le souhait de vivre avec une joie croissante leur sacerdoce».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

10 décembre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME