Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

​Fin des épouses-enfants au Guatemala

Le Guatemala a finalement approuvé une modification à son code civil qui porte l’âge minimum pour contracter un mariage à dix huit ans accomplis aussi bien pour les jeunes filles que pour les jeunes garçons. De 2009 à 2013, plus de quatre vingt mille petites filles, en-dessous de dix huit ans ont été contraintes à se marier avec des hommes qui avaient dans la plus grande partie des cas le triple de leur âge. La nouvelle loi a été rendue possible grâce aux tractations qui ont duré trois ans et portées en avant par Plan international à travers sa campagne mondiale Because I am a Girl, en collaboration avec plusieurs organisations civiles en faveur des droits des petites filles. Pour atteindre cet important résultat une vaste mobilisation aussi bien sociale que politique a été nécessaire. La nouvelle loi protègera les petites filles d’abus sexuels, de grossesses précoces, de violences physiques et psychologiques: finalement elles pourront poursuivre leur scolarité et exprimer pleinement leurs potentialités. Naturellement, le travail est à peine commencé: maintenant il s’agira d’appliquer la loi dans les communautés locales, en particulier dans celles rurales où les traditions et les cultures incitent encore aux mariages précoces. Plan International Italia soutient la campagne Because I am a Girl à travers deux projets: un à San Pedro Carcha au Guatemala pour la scolarisation des petites filles, et le deuxième à Mansa en Zambie en vue de l’introduction dans le monde du travail de six cents anciennes épouses-enfants.

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

18 novembre 2018

NOUVELLES SUR LE THÈME