Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

En ligne de mire de l’Is

· Au moins soixante chrétiens parmi les plus de deux-cents personnes enlevées par les djihadistes dans la ville syrienne d’Al Qaryatain ·

Une action menée exactement un an après l’offensive dans la plaine de Ninive

Un an exactement après l’offensive dans la plaine de Ninive en Irak, qui obligea à la fuite plus de cent mille chrétiens, les djihadistes du sois-disant Etat islamique (Is) ne relâchent pas l’étreinte de la violence. Au moins 230 personnes, parmi lesquelles environ soixante chrétiens, ont été enlevées dans la ville syrienne d’ Al Qaryatain. La nouvelle a été donnée par l’Observatoire syrien des droits de l’homme (Ondus), une organisation dont le siège est à Londres et qui est l’expression de l’opposition en exil. Les personnes séquestrées — dit la même source, sans qu’on ait une confirmation indépendante — auraient été choisies sur la base d’une liste que les miliciens de l’Is avaient avec eux: toutes auraient été accusées de «collaboration avec le régime». En outre, dans le groupe des personnes enlevées il y aurait 19 mineurs et 45 femmes. 

Les djihadiste de l’Is sont entrés mercredi dernier à Al Qaryatain, une localité sur la route qui conduit à Palmyre. Il s'agit d’un point stratégique d’une grande importance pour ouvrir un passage en direction de la région montagneuse de Qalamun, dans la province de Damas, à la frontière avec le Liban. Plusieurs des chrétiens enlevés auraient été également été prélevés du monastère de Mar Elian, où en mai derniers des hommes armés et le visage couvert avaient enlevé le père Jacques Murad, moine et prêtre de rite syro-catholique. Le couvent est lié au monastère de Mar Musa, celui du jésuite Paolo Dall’Oglio, lui aussi enlevé, le 29 juillet 2013, alors qu’il se trouvait à Raqqa, au nord de la Syrie. On n’a plus eu aucune nouvelle des deux. Père Murad est connu pour ses initiatives humanitaires en faveur aussi bien des chrétiens que des musulmans. «C’est une purification religieuse», a commenté à Radio Vaticana le patriarche d’Antioche des Syriens, Ignace Youssif III Younan. «L’arrivée de ces personnes était prévue: ces bandes qui sèment la terreur religieuse ont eu des complices dans la ville d’Al Qaryatain», affirme le patriarche. «Je viens de parler — explique-t-il — avec notre administrateur patriarcal, qui me disait qu’il ne sait pas ce qui poura arriver à notre communauté et comment cela se terminera».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

19 août 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME