Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Du cœur du pontificat

Le document sur la sainteté dans le monde d'aujourd'hui naît du cœur du pontificat de François. Et l'élément conducteur qui parcourt toute l'exhortation apostolique Gaudete et exsultate est un rappel à la radicalité de l'Evangile, en alternative à une «existence médiocre, diluée, inconsistante». Un texte qui est peut-être inattendu pour beaucoup et qui, en revanche, avec une construction et des caractéristiques indubitablement personnelles, révèle le visage le plus authentique du Pape. Avec une référence constante à l'Ecriture et à la continuité de la tradition chrétienne, qui est souvent assurée par le témoignage de femmes: «notre mère, une grand-mère» remarque Jorge Mario Bergoglio, toujours attentif à la composante féminine de l'Eglise.

La première citation non biblique est ainsi tirée de l'homélie de Benoit XVI pour le début de son pontificat, avec la mention de la réalité mystérieuse, et pourtant si vraie, de la communion des saints, grâce à laquelle «nous sommes entourés, conduits et guidés par les amis de Dieu». Mais il ne s'agit pas seulement de figures formellement proclamées saintes ou bienheureuses, comme dans le cas du premier modèle de sainteté contemporaine cité, celui d'une très jeune femme, Maria Gabriella Sagheddu, qui offrit sa vie pour l'unité des chrétiens. Une caractéristique du texte, chère au Pape, est en effet celle de souligner une sainteté que l'on pourrait définir quotidienne, c'est-à-dire de tous les jours, dans le contexte communautaire chrétien vital.

C'est l'existence quotidienne de l'Eglise militante, simple et exemplaire, qui reste cachée à l'histoire: des hommes qui travaillent pour «porter le pain à la maison», des malades souvent seuls, «des religieuses âgées qui continuent à sourire»; dans une seule expression éloquente, cette «classe moyenne de la sainteté», décrite par l'écrivain français Joseph Malègue qui fascina le jeune Jorge Mario Bergoglio. Une dimension quotidienne par ailleurs déjà présente dans la réalité nouvelle, et donc aussi dans le langage, des toutes premières communautés chrétiennes, comme cela apparaît par exemple dans les saluts des lettres de saint Paul aux Romains et aux Corinthiens, à peine trente ans après la prédication de Jésus.

La prédication du Christ est à la racine du document papal, à commencer par son titre qui est tiré de la conclusion des béatitudes dans l'Evangile selon Matthieu et qui rappelle deux autres exhortations apostoliques: celle programmatique du pontificat (Evangelii gaudium) et un texte presque oublié de Paul VI sur la joie chrétienne (Gaudete in Domino). Et les béatitudes évangéliques sont précisément évoquées par le Pape, commentées et résumées dans une liste éloquente à la saveur franciscaine, de la première («être pauvre de cœur, cela est la sainteté») à la huitième («accepter chaque jour le chemin de l'Evangile, bien que cela comporte des problèmes pour nous, cela est la sainteté»).

Jusqu'au «grand protocole» du jugement dernier décrit dans le vingt-cinquième chapitre de l'Evangile de Matthieu, sur lequel le Pape François est revenu tant de fois au cours de ces cinq années, lui dont l'enseignement est trop souvent mutilé par des simplifications et des caricatures médiatiques, souvent malveillantes, mais surtout éloignées de la réalité. Un enseignement qui, en revanche, rappelle sans cesse la tradition chrétienne, comme dans la dernière partie de ce document consacré à la vie chrétienne qui est «un combat permanent»: contre le mal et plus précisément contre le démon, une «terrible réalité» à propos de laquelle le Pape cite un texte peu connu de Paul VI et écrit des pages importantes. Au terme d'un document extraordinaire et très personnel sur l'appel à la sainteté dans le monde contemporain qui se termine par une vision touchante de la maternité de Marie, la sainte parmi les saints.

g.m.v.

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

20 septembre 2018

NOUVELLES SUR LE THÈME