Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Chemin de miséricorde

· Entretien avec le cardinal secrétaire d’Etat sur le voyage du Pape en Pologne ·

Le Pape rencontre les jeunes du monde entier à Cracovie, la ville de Jean-Paul II, l’initiateur des JMJ. Reprendra-t-il les thèmes principaux du magistère de Karol Wojtyła pour les jeunes ?

Le Pape François se placera sur le même chemin commencé par Jean-Paul II puis parcouru naturellement également par Benoît XVI. Un chemin avec les jeunes, un chemin de foi, d’espérance et de charité. Un chemin qui a un objectif, et l’objectif est toujours le même, c’est-à-dire la rencontre avec Jésus Christ et la proposition que le Pape continuera de faire à tous les jeunes qui participeront à la Journée mondiale. Un chemin qui a une feuille de route et cette feuille de route est l’Evangile, et l’enseignement, le magistère de l’Eglise, et qui a également un pain, une nourriture, qui est l’Eucharistie. Donc les contextes changent, bien évidemment ils sont différents, les continents sont différents, les pays sont différents, mais, disons, le chemin continue.

Cracovie est également la ville de sainte Faustina Kowalska, l’apôtre de la divine miséricorde. Le passage de la porte sainte à Łagiewniki seral’un des moments forts de ce jubilé...

Certes, précisément dans le dimension de ce lien avec le thème de la divine miséricorde. Le Pape l’a dit clairement, notamment dans le message adressé aux jeunes qui participeront, que ce passage consistera à aller vers Jésus Christ et à se laisser regarder par lui, rencontrer son regard miséricordieux, pour pouvoir lui dire avec toute la confiance et tout l’abandon la prière qui nous a été enseignée par Faustina, « Jésus j’ai confiance en toi ».

Les horreurs d’Auschwitz et de Birkenau et les douleurs des petits malades de l’hôpital pédiatrique de Cracovie. En touchant du doigt les souffrances d’hier et d’aujourd’hui, le Pape rappellera-t-il le témoignage de qui a donné sa vie pour les autres, comme saint Maximilien Kolbe ?

Il est intéressant que le Pape, dès le début, quand on programmait ce voyage, ait voulu ces deux moments, et je les définirais un peu comme le lieu de l’horreur et le lieu de la douleur. Le lieu de l’horreur Auschwitz, Birkenau, le témoignage de saint Maximilien Kolbe, l’holocauste du peuple juif, donc, on ne peut plus d’horreurs. Et c’est une présence qui signifie surtout un rappel, ce sera un rappel silencieux, parce que le Pape ne fera pas de discours en cette circonstance, je crois que face aux horreurs, le silence est parfois plus éloquent que les paroles. Et le souvenir de toutes ces victimes de la haine et de la folie humaine, pour rappeler qu’aujourd’hui aussi malheureusement, il existe des situations de violence, de mépris de la vie humaine, de mépris de la personne, des situations dans lesquelles on fomente la division, des situations où l’on utilise la terreur, le terrorisme, pour des intérêts personnels ou la recherche d’intérêts économiques et politiques. Et d’autre part, l’aspect de l’hôpital comme proximité à la douleur des personnes. Le Pape rappelle souvent que l’Eglise doit être proche, l’Eglise doit être proche de tous ceux qui se trouvent dans la souffrance. Qui plus que les enfants malades se trouve dans cette situation de nécessité d’avoir quelqu’un qui lui est proche, comme un bon samaritain. Je crois que la visite à l’hôpital a précisément cette signification. Le Pape en a fait d’autres. Je me souviens qu’au Mexique, je crois, lorsqu’il a visité un autre hôpital pédiatrique, il a parlé de la thérapie de l’affection, l’affection-thérapie. Et bien, ici aussi, il utilisera certainement la même thérapie et nous invitera tous à le faire, à l’égard de ces enfants et à l’égard de ceux qui souffrent.

Alessandro Di Bussolo

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

16 décembre 2017

NOUVELLES SUR LE THÈME