Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

C'est une question d'herméneutique

· Le Pape avec les journalistes sur le vol de retour d'Amérique latine ·

Instrumentalisation et « herméneutique totale »; deux clés possibles du voyage latino-américain sur lequel le Pape François est revenu à plusieurs reprises durant l'habituel entretien avec les journalistes à bord de l'avion qui l'a reconduit, lundi après-midi 13 juillet, à Rome.

Invité à expliquer le sens de certaines de ses interventions, le Souverain Pontife a clarifié les limites d'une interprétation idéologique ou limitée à une seule phrase du texte. « Je crois qu'il convient d'être très attentifs », a-t-il mis en garde, soulignant qu' « un texte ne peut s'interpréter par une phrase. L'herméneutique doit être le contexte en tout. Il y a des phrases qui sont précisément la clé de l'herméneutique et il y a des phrases qui ne le sont pas, qui sont dites au passage ou qui sont artificielles ». Il faut en définitive – a-t-il affirmé – « voir tout le contexte, voir la situation, voir l'histoire également ».

Une « herméneutique » que le Pape a recommandé d'appliquer, de façon spécifique, aux paroles prononcées en Equateur durant la cérémonie de bienvenue à Quito ou aux références au synode des évêques sur la famille contenus dans les extraits de l'homélie consacrés aux noces de Cana, durant la Messe à Guayaquil. Concernant les premières, François a rappelé que « l'Equateur n'est pas un pays d'exclusion. Et lorsqu'il se réfère à tout le peuple et à toute la dignité de ce peuple qui, après la guerre de frontières, s'est relevé et a pris toujours plus conscience de sa dignité et de la richesse de l'unité dans la variété qu'il possède ». Pour ce qui est des seconds, en revanche, il a rappelé que « Jésus fait le meilleur vin précisément avec de l'eau souillée, le pire ». D'où le souhait que « le Seigneur nous purifie » également des situations de crise qui concernent aujourd'hui la famille.

« Chaque parole, chaque phrase d'un discours peut être instrumentalisée », a-t-il répété en conclusion, confirmant la nécessité de regarder toujours « le contexte ».

Retranscription intégrale de l'entretien avec les journalistes

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

19 février 2020

NOUVELLES SUR LE THÈME