Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Carte d’identité aux enchères

· Messe à Sainte-Marthe ·

Une invitation à ne pas mettre «aux enchères notre carte d’identité» chrétienne, à ne pas nous conformer à l’esprit du monde, qui lorsqu’il réussit à prévaloir conduit à l’apostasie et à la persécution. C’est ce qu’a dit le Pape François en commentant la liturgie de la parole dans la matinée du lundi 16 novembre, au cours de la célébration quotidienne de la Messe dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe.

Le Pape a entièrement consacré sa réflexion à la première lecture, tirée du premier livres des Maccabées (1, 10-15.41-43.54-57 62-64), résumant son contenu «par trois mots: mondanité, apostasie, persécution».

A ce propos, le Pape a décrit «la phénoménologie de la racine», qui «grandit, grandit toujours», même quand — comme dans le cas du passage analysé — elle peut sembler une «racine raisonnable: “Allons, faisons alliance avec les nations qui nous entourent; pourquoi tant de différences? Car depuis que nous nous sommes séparées d’elles, bien des maux nous sont arrivés. Allons vers elles, nous sommes pareils”». Et il a ainsi poursuivi la description, «certains peuples prirent l’initiative et allèrent chez le roi qui leur donna la faculté d’introduire les coutumes païennes. Où? Dans le peuple élu, c’est-à-dire dans l’Eglise de cette époque».

Mais, a immédiatement averti François, dans cette action «il y a la mondanité. Nous faisons ce que fait le monde, la même chose: nous mettons aux enchères notre carte d’identité; nous sommes semblables à tous».

A cet égard, François a confié qu’il a toujours été frappé par le fait «que le Seigneur, au cours de la dernière Cène, priait pour l’unité des siens et demandait au Père qu’il les libère de tout esprit du monde, de toute mondanité, parce que la mondanité détruit l’identité; la mondanité conduit à la pensée unique, il n’y a pas de différence».

Et la première conséquence de cela est l’apostasie. Le Pape l’a démontré en poursuivant la lecture du passage: «Ensuite le roi prescrivit dans tout son royaume que tous ne forment qu’un seul peuple — la pensée unique, la mondanité — et que chacun abandonne ses propres coutumes. Tous les peuples s’adaptèrent aux ordres du roi; même de nombreux israélites acceptèrent son culte: ils sacrifièrent aux idoles et profanèrent le sabbat». C’est donc «l’apostasie. C’est-à-dire la mondanité, la mondanité conduit à la pensée unique et à l’apostasie. On ne permet pas, on ne permet pas les différences». On finit par devenir «tous pareils. Et dans l’histoire de l’Eglise, dans l’histoire nous l’avons vu, je pense à un cas, on a changé leur nom aux fêtes religieuses — le Noël du Seigneur a un autre nom — pour effacer l’identité».

En outre, il ne faut pas oublier, semble dire la lecture, qu’à l’apostasie suit la persécution. «Le roi — a poursuivi le Pape — construisit l’abomination de la dévastation sur l’autel. Dans les proches villes de Judée, ils érigèrent aussi des autels et brûlèrent de l’encens aux portes des maisons et sur les places; ils déchiraient les livres de la loi qu’ils réussissaient à trouver et les jetaient au feu. Si l’on trouvait chez quelqu’un le livre de l’alliance et si quelqu’un obéissait à la loi, la sentence du roi le condamnait à mort». Voilà précisément «la persécution», qui «commence par une racine», même «petite et qui finit dans l’abomination de la désolation». Du reste, «c’est la tromperie de la mondanité». C’est pourquoi, lors de la dernière Cène, Jésus demandait au Père: «Je ne te demande pas de les ôter du monde, mais protège-les du monde», c’est-à-dire «de cette mentalité, de cet humanisme, qui vient prendre la place de l'homme véritable, Jésus Christ»; de cette mondanité «qui vient nous enlever l’identité chrétienne et nous conduit à la pensée unique: “Tous font ainsi, pourquoi pas nous?”».

Voilà alors l’actualité du passage d’aujourd’hui, qui «à notre époque, doit nous faire penser» à notre identité. Il faut se demander: «Est-elle chrétienne ou mondaine? Est-ce que je me dis chrétien car étant enfant j’ai été baptisé ou je suis né dans un pays chrétien, où tous sont chrétiens?». Il s’agit en somme d’une exhortation à rester loin «de la mondanité» et à demander dans la prière, en particulier, que l’Eglise soit protégée «de toute forme de mondanité. Que l’Eglise ait toujours l’identité disposée par Jésus Christ; que nous ayons tous l’identité» reçue dans le baptême; «et que cette identité ne soit pas jetée dehors» uniquement pour vouloir «être comme tous, pour des raisons de “normalité». 

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

18 janvier 2020

NOUVELLES SUR LE THÈME