Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Avec une voix claire contre la corruption

· Aux évêques italiens le Pape François souligne aussi l’importance de la sensibilité ecclésiale et de la collégialité ·

L’invitation à « ne pas être timides ou inadéquats en reniant et en combattant une mentalité répandue de corruption » a été adressée par le Pape François à l’ouverture – dans l’après-midi du lundi 18 mai – des travaux de la 68e assemblée générale de la Conférence épiscopale italienne. Lors du discours prononcé dans la Salle du Synode, qui a précédé le débat à portes closes qui a duré deux heures, le Pape a dénoncé la persistance de pratiques de corruption dans le milieu public et privé qui ont pour conséquences l’appauvrissement, « sans aucune honte », de « familles, de retraités, d’honnêtes travailleurs, en écartant les jeunes et surtout en marginalisant les faibles et les personnes dans le besoin ».

En commentant le thème des travaux, centrés sur l’exhortation apostolique Evangelii gaudium, François a souligné que « la joie de l’Evangile, en ce moment historique où nous sommes souvent entourés de nouvelles décourageantes, de situations locales et internationales qui nous font ressentir la tristesse et le désarroi », la vocation des évêques doit être « celle d’êtres des témoins joyeux du ressuscité ». En offrant ensuite des sujets pour la réflexion des prélats présents, il a avant tout souligné l’importance de la sensibilité ecclésiale, c’est-à-dire « s’approprier les sentiments du Christ, d’humilité, de compassion, de miséricorde, de caractère concret et de sagesse ». Il a ensuite recommandé de « sortir vers le peuple de Dieu pour le défendre des colonisations idéologiques qui lui ôtent son identité et la dignité humaine » et a souhaité que « dans les choix pastoraux et dans l’élaboration des documents » ne prévale pas « l’aspect théorique et doctrinal abstrait ». Au contraire – a-t-il dit – nous devons poursuivre des propositions concrètes et compréhensibles ». Enfin, il a constaté un « affaiblissement répandu de la collégialité » et a critiqué la tendance à laisser vieillir les instituts religieux et les monastères qui pourraient en revanche être fusionnés.

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

6 décembre 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME