Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

Apôtres de l’Amérique

· Le cardinal Amato parle des trois canonisations équipollentes ·

A un peu plus de trois semaines de la canonisation de Jean XXIII et Jean-Paul II, le Pape François procède à trois autres canonisations équipollentes après celle d’Angèle de Foligno (9 octobre 2013) et de Pierre Favre (17 décembre 2013). Dans les décrets promulgués aujourd’hui apparaissent en effet les noms de François de Laval (1623-1708), premier évêque du Québec, de José de Anchieta (1534-1597), missionnaire jésuite originaire des îles Canaries, et de Marie de l’Incarnation (1599-1672), ursuline française, que le Pape inscrit dans l’album des saints, en étendant leur culte à l’Eglise universelle. Nous en avons parlé avec le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints.

Pourquoi ces canonisations équipollentes et que signifient-elles?

Il faut rappeler que déjà le 22 juin 1980 Jean-Paul II avait proclamé bienheureux cinq serviteurs et servantes de Dieu, acteurs de l’évangélisation aux Amériques: parmi eux, outre François de de Laval, José de Anchieta et Marie de l’Incarnation, se trouvait le tertiaire franciscain Pedro de San José de Betancur (1626-1667), originaire des Canaries et missionnaire au Guatemala, ainsi que fondateur des Frères de Bethléem, et la jeune native américaine, Kateri Tekakwitha (1656-1680), d’ethnie iroquoise-mohawk-algonquine. Il s’agit d’un groupe exemplaire de baptisés, qui manifestent la multiplicité des vocations dans l’Eglise: un évêque, deux religieux, une religieuse et une laïque. Ils ont tous apporté, à travers leur exemple et leur apostolat, une contribution incomparable à l’évangélisation américaine.

Pourquoi procède-t-on à la canonisation équipollente?

En réalité le Pape François, allant à la rencontre des désirs et des nombreuses pétitions d’évêques et de fidèles américains, qui rêvaient de voir canonisés les autres trois bienheureux, a procédé à leur canonisation de manière équipollente. Cette canonisation n’est pas arbitraire, mais elle est bien motivée. En effet, elle ne peut avoir lieu que quand sont réunies trois conditions précises: existence antique du culte, attestation constante et commune d’historiens dignes de foi sur les vertus ou sur le martyre et une renommée ininterrompue de miracles. Telle est la doctrine pluriséculaire de l’Eglise, bien théorisée par le Pape Benoît XIV. Comme on le voit, la renommée des miracles n’est pas du tout absente de cette canonisation, qui recompose le quintette des saints témoins de l’évangélisation américaine, comme pour souligner que chaque évangélisation, ancienne et nouvelle, a comme préambule et source indispensable la sainteté d’une vie vertueuse.

Nicola Gori

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

12 décembre 2018

NOUVELLES SUR LE THÈME