Avis

Ce site utilise des cookies...
Les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent d’améliorer votre expérience de navigation sur notre site. En navigant sur ce site vous autorisez l’utilisation des cookies. Vous trouverez davantage d’informations sur l’utilisation des cookies en consultant les Conditions d’utilisation.

A Lampedusa un drame qui nous concerne tous

· La communauté ecclésiale invite à revoir les politiques d’accueil ·

Une « honte » qui ne peut pas et ne doit pas se répéter. Les paroles d’indignation du Pape François pour la terrible catastrophe de Lampedusa représentent une sévère mise en garde pour les institutions et, surtout, indiquent et sollicitent les orientations d’action de la communauté ecclésiale. En exprimant sa profonde douleur pour la perte de tant de vies humaines, le Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement souhaite, dans une note, que « ne se crée pas une accoutumance » à la souffrance « de tant de frères et sœurs qui entreprennent les soi-disant voyages de l’espérance, mais que soient toujours mieux affrontés ces problèmes, en tentant d’offrir des réponses concrètes ». Tristesse et indignation ont été exprimées par Mgr Francesco Montenegro, archevêque d’Agrigente, territoire duquel dépend Lampedusa, qui a rappelé aussi la visite accomplie en juillet sur l’île par le Pape François. « Nous ne pouvons pas continuer à compter les morts – a dit le prélat qui est aussi président de la Commission épiscopale italienne des migrations – comme si nous étions de simples témoins. Les histoires de personnes qui se mettent en voyage, comme l’a dit le Pape à Lampedusa, sont des histoires qui se mêlent aux nôtres et donc nous concernent. Le Pape François nous a demandé si ces morts nous font venir des larmes. Voilà pourquoi nous ne pouvons pas seulement en tenir la comptabilité ou nous résigner de manière passive ». Pour Mgr Giancarlo Perego, directeur général de la Fondation Migrantes, la tragédie de Lampedusa « exige de l’Italie de se faire le chef de file en vue d’une nouvelle conférence de la Méditerranée, sur le modèle de celle voulue dans les années 50 par Giorgio La Pira pour le Moyen-Orient ; une conférence qui affronte les questions du renforcement des navires et des instruments de surveillance de la Méditerranée en les concordant avec tous les pays côtiers ».

EDITION PAPIER

 

EN DIRECT

Place Saint-pierre

18 février 2019

NOUVELLES SUR LE THÈME